Critique Pandemia, Franck Thilliez

9782265099036Résumé éditeur

« L’homme, tel que nous le connaissons, est le pire virus de la planète. Il se reproduit, détruit, étouffe ses propres réserves, sans aucun respect, sans stratégie de survie. Sans Nous, cette planète court à la catastrophe. Il faut des hommes purs, sélectionnés parmi les meilleurs, et il faut éliminer le reste. Les microbes sont la solution. »
Après Angor, une nouvelle aventure pour Franck Sharko et Lucie Henebelle. Et l’enjeu est de taille : la préservation de l’espèce humaine.

Mon avis

Zofia m’avait conseillé de lire Angor avant Pandemia car les deux enquêtes sont pas mal liées et après lecture des deux volumes, je réalise qu’elle avait raison même s’il est malgré tout possible, selon moi, de comprendre l’histoire de ce roman en débarquant totalement dans cet univers.

Comme son nom l’indique, Pandemia parle… de virus, de contamination mais également du terrorisme bactériologique. Certes, cet univers n’est pas nouveau et a été maintes fois développé, notamment au cinéma bien sûr, mais il est si riche et si intéressant que ça fonctionne toujours. Surtout que Franck Thilliez semble maitriser son sujet, ce qui ajoute au plaisir des lecteurs. L’histoire qu’il nous propose est plausible, car appuyée sur de solides connaissances scientifiques, ce qui la rend d’autant plus effrayante.

Si j’ai apprécié l’immersion dans l’univers des microbes, j’ai aimé retrouver les personnages que j’ai découvert dans Angor, notamment Lucie, Sharko ainsi que Camille et Nicolas, couple formé dans le tome précédent. Dans Angor, les références à la vie de famille des deux premiers m’avaient agacée, il n’en a rien été dans Pandemia. D’autant plus que Sharko m’a semblé beaucoup moins antipathique.

Bien sûr, en plus de ces têtes connues, il y a également des personnages secondaires tels qu’Amandine, la chercheuse, qui ont également leur intérêt. Cette dernière évolue tout d’abord en parallèle de nos enquêteurs avant que leurs parcours respectifs se percutent par la force des choses.

Par contre, j’ai été extrêmement choquée par l’un des choix narratifs de l’auteur. Ceux et celles qui ont lu le livre comprendront sans doute à quel passage je fais allusion mais je ne m’y attendais absolument pas et j’ai trouvé ça extrêmement triste.

En conclusion,

logopolarssharon2Room-Read-livres-hauteur-enfants_0_730_502Pandemia est mon 3ème Thilliez en un mois. Je reste plus convaincue par Puzzle mais Pandemia m’a beaucoup plus plu qu’Angor. J’ai aimé les thèmes développés par l’auteur et je reconnais qu’il sait y faire en nous proposant sans cesse de nouveaux rebondissements. Malgré tout, je persiste à trouver que ses enquêtes trainent quand même en longueur. Dans le dernier tiers, j’ai quand même trouvé le temps un peu long et j’avais envie que l’histoire se termine, d’une manière ou d’une autre.

15/91

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon challenge perso « Je vide ma PAL »

7 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge