Critique Où est la main de l’homme sans tête

Sortie : 20 mai 2009

Toujours pas de grandes nouveautés sur mon blog, si ce n’est quelques mots sur un film que j’ai vu il y a quelques temps, en grande partie pour la présence de Cécile de France. Dans ce film franco-belge, elle incarne Eva Sanders, une grande plongeuse entrainée par un père très autoritaire et peu patient. Sportive aguerrie, elle rate pourtant l’un des plongeons les plus importants de sa carrière. C’est le drame : sa tête heurte le bord du plongeoir et elle sombre dans le coma pendant 15 jours. A son réveil, elle finit par réaliser que son frère ne donne plus aucun signe de vie. Elle part à sa recherche tout en ayant l’intime conviction que son père a un rôle à jouer dans cette disparition.

Où est la main de l’homme sans tête est un film étrange et j’en suis sortie assez mitigée. Il s’agit d’un thriller très lent et à l’ambiance plutôt sombre et glauque ce qui est franchement oppressant. Impuissants, on se réveille aux côtés de Cécile de France, un peu perdus, un peu hagards et on ne comprend pas grand-chose à l’histoire si ce n’est que le frangin a disparu. Les personnages sont assez complexes pour paraître ambigus. Plusieurs fois, je me suis demandée si Eva n’était pas tout simplement complètement folle ou si son père n’était pas un meurtrier sanguinaire. Le personnage du frère, absent mais omniprésent malgré tout est également assez trouble. Les névroses familiales sont donc au programme. Si on ajoute à ça des ellipses temporelles… c’est vite le bordel ! Il faut s’accrocher.

Certains qualifient ce film de « thriller mental » et c’est vraiment bien trouvé. Tout au long du film, la frontière se brouille entre vérité subjective (celle d’Eva) et vérité générale (celle des autres et plus précisément, celle du père). Angoisses, illusions, imagination, crises de paranoïa… La crise intérieure d’Eva se mêle à la crise familiale.

Malheureusement, l’histoire prend trop de tournants et se disperse complètement. Il y a trop de jeux de miroirs, trop de fausses pistes. Je m’y suis totalement perdue et je n’aime pas perdre totalement pied face à un film. Etre malmenée, ok. Etre balancée à gauche, à droite au gré de mes interprétations, non merci. A partir d’un certain point, il m’a été très difficile de m’impliquer et j’ai laissé l’histoire se dérouler seule jusqu’à la fin.

Où est la main de l’homme sans tête est un thriller franchement anxiogène mais bien trop embrouillé pour moi. Il s’agit malgré tout d’un film ambitieux qui ne manque pas de qualités. La fin est, d’ailleurs, particulièrement bonne et nous laisse sur un drôle de sentiment.

This entry was posted in A voir.

2 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.