Critique Obsessions,

Vivien avait tout pour être heureuse : un mari, un fils, une grande et belle maison, la beauté, la minceur, l’argent. Pourtant, elle s’est suicidée. Cela, Rose, sa mère, ne veut pas le croire. Comment sa fille adorée, la fille parfaite, a-t-elle pu se retrouver dans le Regent’s Canal ? Elle reconnait un ancien journaliste d’investigation lors d’une réunion pour parents ayant perdus des enfants et essaye le motiver à remonter la piste. Ce qu’il fera, d’abord pour lui faire plaisir puis par intérêt car en effet, l’affaire se révèle bien plus complexe qu’à première vue….

Mon avis

J’ai beaucoup aimé ce roman. Déjà par sa construction particulière. Au départ, je me suis dit que j’allais galérer à comprendre l’histoire et surtout, beaucoup m’y perdre car l’auteure varie les époques à chaque chapitre. Nous sommes à Londres en 2013 (l’année où Rose prend les choses en main) puis nous basculons à Amsterdam au début des années 2000, nous partons ensuite à Londres à la fin des années 80… Enfin vous voyez le genre ?

Sauf que cela est fait d’une manière suffisamment fluide pour qu’on ne se sente pas perdu une seule seconde (sans parler du dynamisme de fou que cela donne au roman). De toute manière, les choses sont simples une fois qu’on a compris le principe : Luana Lewis nous fait remonter le temps par petites touches pour nous faire douter ce que nous pensons savoir ou avoir compris. Puis, peu à peu, les éléments se mettent en place et on devine des choses avant qu’elles arrivent… Mais cela ne voudra pas pour autant dire qu’on aura deviné la fin qui est étonnante, et vraiment bien trouvée.

Les thèmes évoqués par l’auteure (la famille, les TOC, le mensonge, la dépendance affective, la mort des enfants, le pouvoir) sont assez intéressants et donnent une belle consistance à un roman qui plaira à ceux qui aiment les thrillers sans effusions de sang et sans interventions policières (rappelons que l’affaire Vivien a été classée comme suicide).

 

Obsessions [Cravings], de Luana Lewis

Trad. de l’anglais par Arnaud Baignot

336 pages, Collection Sueurs Froides

Parution : 04-05-2017 aux éditions Denoël

7 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge