Critique Nymphomaniac – Volume 1

Sortie : 1er janvier 2014

En janvier dernier, je n’avais eu aucune envie de voir Nymphomaniac-Volume 1. Pourquoi ? Le tapage autour de sa sortie, ses affiches, le fait qu’il frôle la pornographie (du moins je pensais que c’était le cas) ne m’a pas attirée en salles. C’est une erreur de ma part : je viens de le voir et j’ai beaucoup aimé. Il y a donc de fortes chances pour que je regarde le second volume également, même s’il parait que la première et seconde partie ne se valent pas forcément.

Nymphomaniac-Volume 1 part d’une rencontre, une soirée glacée d’hiver : celle de Joe et de Seligman. La première est à terre, visiblement assez amochée et le second, vieux célibataire, la ramène chez lui pour la soigner et surtout pour lui offrir cette tasse de thé au lait qu’elle aimerait tant boire. Alitée, c’est sur la demande de son sauveteur que Joe raconte sa vie de sa naissance jusqu’à son entrée dans l’âge adulte. Ce parcours érotique, raconté par une femme qui s’est auto-diagnostiquée nymphomane est riche en rencontres mais également en questionnements existentiels.

Commençons par MA déception principale : les gens qui me connaissent un peu savent que je suis, depuis toujours, folle de Charlotte Gainsbourg. Or dans cette première partie, elle n’est que la narratrice de l’histoire étant donné que la version jeune de son personnage est incarnée par maigrichonne Stacy Martin (mais terriblement étonnante également, surtout qu’il s’agit visiblement de son premier rôle). Cette déception motive en grande partie mon envie de voir la suite : je veux voir plus de Charlotte !

Pour ce qui est du film en lui-même, Lars Von Trier est égal à lui-même, c’est-à-dire provocateur, sulfureux. L’ouverture du film est vraiment magistrale et nous plonge immédiatement dans une ambiance particulière et surtout, très froide. Evidemment, ce film est cru. Voire très cru par moments. Evidemment, il parle de sexe mais comment faire autrement quand son héroïne est nymphomane ? Toujours en quête de nouveaux amants, cette dernière collectionne les relations sexuelles, allant jusqu’à cumuler les rendez-vous amoureux au cours d’une même soirée. Durant le film, j’ai vu des scènes sont sordides à mes yeux (celle du train en début de film, celle du père à l’hôpital) et qui m’ont mises plus mal à l’aise que les scènes de baise à proprement parler.

Malgré tout, je n’ai pas été « salie » par ces images car j’ai trouvé que ce parcours sexuel de cette femme était presque…poétique. J’ai lu quelque part que ce film n’était certainement pas le « journal d’une salope » et c’est parfaitement ça. Beaucoup plus intellectuel que ce j’imaginais, Nymphomaniac-Volume 1 est volontiers philosophique et les échanges entre Joe et le monsieur qui la ramasse, particuliers intéressants à suivre.

Découpés en chapitres, Nymphomaniac-Volume 1 est un véritable récit d’initiation. Ce découpage le rend dense, intéressant et relance notre attention. Donc franchement, moi j’ai trouvé mon compte dans un film qui m’a intéressée et questionnée sur différents sujets. Qu’on trouve le propos abject ou que l’on considère que Lars Von Trier est un misogyne de première, cela m’importe finalement bien peu ! Plus ça va et plus je me rends compte que j’aime tous ses films…

6 comments

  1. Audrey says:

    C’est surtout le volume 2 qui s’est fait tailler je crois. Il parait qu’il est beaucoup plus trash, beaucoup plus gratuit. ça ne m’empêchera pas de regarder car je suis ouverte à tout.

    Les détracteurs de Lars Von Trier le réduisent justement à son côté provocateur. Mais j’y vois bien plus que ça, notamment dans Antichrist et Mélancholia qui ont été une claque, chacun à sa manière. C’est pas dit que j’ai envie de les revoir un jour mais à chaque fois, je ne regrette pas de les avoir vu.

  2. auroreinparis says:

    Un vrai choc cet opus, je l’ai adoré, son ambiance, sa manière de traiter le propos, la relation entre Joe et Seligman …
    Vois le second opus, je pense que c’est indispensable. Il n’a rien à voir, et la poésie a disparu. Je n’en dirai pas plus sur ce que je pense 🙂

    • Audrey says:

      Oui j’ai lu ta critique quand tu l’as publiée et je sais très bien ce que tu en penses… malgré tout, j’ai envie de me faire mon idée de la chose, ne serait ce que pour boucler la boucle ! Mais j’en attends pas grand chose….

Laisser un commentaire

CommentLuv badge