Critique Nymphéas Noirs, de Michel Bussi

Michel Bussi. Voilà un nom d’auteur que je trouve facile à retenir. Peut-être aussi que je le croise un peu trop souvent dans les librairies en tous genres, sur les blogs, sur le net en général. Michel Bussi, un auteur adopté par mes parents qui m’ont prêté deux de ses romans : Nymphéas noirs et Un avion sans elle. J’ai bien entendu commencé par celui qui parle de peinture et plus précisément, de Monet. Enfin pas vraiment.

Nymphéas Noirs, je l’ai commencé une nuit d’insomnie. J’avais dormi deux heures à tout casser puis une fois réveillée, impossible de me rendormir. Voilà bien un truc qui ne m’arrivait pas beaucoup avant mais qui devient plus fréquent (vieillesse prématurée ?).

L’histoire : nous sommes à Giverny. Un village devenu touristique depuis quelques décennies. Tout ça parce qu’il y a de ça longtemps, un peintre, Monet, s’y est installé. Aujourd’hui, on visite sa maison et surtout, on admire le jardin et l’étang aux nénuphars. C’est dans cet environnement a priori idyllique qu’un meurtre mystérieux a lieu. L’inspecteur Laurenç Sérénac enquête. Est-ce un crime passionnel (le mort avait de nombreuses maîtresses) ? Un crime lié à l’art (il était aussi collectionneur) ? Et faut-il accorder de l’importance à cette carte postale, retrouvée sur le corps et sur laquelle il est question d’un enfant de 11 ans ?

J’ai mis du temps à entrer dans l’histoire et finalement, pas mal de temps à lire le bouquin. Je ne l’ai pas détesté pour autant, loin de là. Je vais essayer d’expliquer pourquoi.

Oui, j’ai adoré visiter Giverny aux côtés des personnages. J’ai adoré cette histoire de peinture, d’impressionnisme, de Monet. Oui, j’ai été intéressée par les différents personnages et par les intrigues qui y sont associées. Oui, je me suis demandée qui avait tué Jérôme Morval. J’ai tourné les pages, les unes après les autres, consciente de ce climat de tension, de ce climat étrange qui s’instaurait toujours plus. Le souci ? L’intrigue morcelée. Trop trop hachée. Des chapitres, parfois très courts, qui nous font constamment passer d’un personnage à un autre…. J’avoue qu’à la longue, ce genre de construction narrative m’agace fortement.

Voilà.

Et puis les dernières pages arrivent et avec elles, une avalanche de révélations plus dingues les unes que les autres. C’est un bombardement, un cataclysme,… un bonheur ? Je suis toujours amusée par le pouvoir des mots et surtout, par la virtuosité de certains auteurs et dans Nymphéas Noirs, Michel Bussi fait très fort. La mécanique de la narration, que je trouvais finalement assez lourde (mais qui séduit certainement bien des lecteurs) a alors pris tout son sens.

En bref : je ne peux pas dire que ce roman a été un gros coup de cœur pour moi mais je reconnais ses nombreuses qualités. S’il vous parle dès les premières pages et si vous adhérez au rythme morcelé, je pense que vous pourriez tout bonnement l’adorer. Il s’agit du genre de livres qu’on ne lit qu’une fois avec le même regard (un regard naïf) mais qu’on peut vraiment prendre plaisir à relire, même en sachant le fin mot de l’histoire. Ce n’est qu’à la seconde lecture, je pense, qu’on comprendra l’ampleur du stratagème !

9 comments

  1. Zofia says:

    Je n’ai pas lu celui-là mais j’ai lu Comme un avion sans elle et N’oublier jamais, j’aime bien car c’est bien écrit et les intrigues sont biens, on ne s’y attends pas et j’aime bien être surprise.
    Zofia Articles récents…Défi n°1My Profile

    • Audrey says:

      J’avais lu ta critique sur Un avion sans elle. Il me semble que je n’étais qu’à moitié emballée…mais intriguée quand même. Bon, le destin a fait que le livre me tombe entre les mains !

    • Audrey says:

      Ouais je peux comprendre que tu sois un peu moins enthousiaste du coup ! :-/
      Un avion sans elle m’intrigue un peu malgré tout, je tenterai le coup mais je n’ai pas non plus hâte !

    • Audrey says:

      On galère toutes les 3 avec ce titre on dirait ! 😀

      Je peux pas le croiser (le titre) sans penser à la chanson « Comme un avion sans ailes », une chanson que je hais, accessoirement ! ^^

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.