Critique Millénium 4 : Ce qui ne me tue pas, David Lagercrantz

419zGjCKIDL._SX300_BO1,204,203,200_

Comme beaucoup, j’ai été outrée quand j’ai appris la sortie de ce Millénium 4. Je trouvais ça triste de faire de l’argent sur le dos d’un homme mort. Cela dit, comme souvent, mes sentiments étaient ambivalents et j’avais paradoxalement envie de savoir ce qu’en avait fait ce fameux David Lagercrantz. Suite à un concours sur Babelio, j’ai eu l’opportunité de recevoir gratuitement ce livre en audiobook Audible, un procédé qui convenait parfaitement à mon état d’esprit : j’allais pouvoir écouter ce roman sans débourser un centime. Joie et bonne humeur ! 

Je tiens malgré tout à préciser que je n’ai jamais été une très grande fan de la trilogie initiale. Certes, j’ai lu les livres et vu les films mais pour moi, ce ne sont pas des livres cultes. Pire encore : certains passages m’ont beaucoup ennuyée. Malgré tout, j’avais aimé l’ambiance glaçante de cette histoire et forcément craqué sur le personnage de Lisbeth.

Résumé éditeur

Elle est une hackeuse de génie. Une justicière impitoyable qui n’obéit qu’à ses propres lois.
Il est journaliste d’investigation. Un reporter de la vieille école, persuadé qu’on peut changer le monde avec un article. La revue Millénium, c’est toute sa vie.
Quand il apprend qu’un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle détient peut-être des informations explosives sur les services de renseignements américains, Mikael Blomkvist se dit qu’il tient le scoop dont Millénium et sa carrière ont tant besoin. Au même moment, Lisbeth Salander tente de pénétrer les serveurs de la NSA…
Dix ans après la publication en Suède du premier volume de Millénium, David Lagercrantz livre un thriller d’une actualité brûlante et signe les retrouvailles des personnages cultes créés par Stieg Larsson. La saga continue.

Mon avis

Millénium 4 : Ce qui ne me tue pas ne m’a absolument pas convaincue car je l’ai trouvé très très long et finalement, pas très original. Pourtant, j’ai commencé ma lecture avec pas mal de bienveillance, mon but premier étant de me divertir et de retrouver deux personnages plus qu’intéressants et qui faisaient la force de la trilogie initiale, soit Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist.

Déjà, malgré le fait que chaque chapitre nous permette de suivre le point de vue d’un protagoniste, l’histoire manque de dynamisme et met plus de 100 pages à démarrer. Personnellement, j’ai trouvé le temps très long. Lisbeth est pratiquement invisible durant cette première partie (même si elle reste toujours dans un coin de la tête de Mikael) et notre journaliste, pas vraiment en grande forme, fait plutôt peine à voir. En parallèle, nous découvrons aussi ce fameux chercheur et tant d’autres personnages, autant d’entités qui se croisent et qui se recroisent.

Visiblement, David Lagercrantz n’a pas voulu construire son intrigue uniquement autour de Lisbeth et Mikael, procédé qui lui a sans doute permis de se détacher un peu de l’univers de Larsson. Ces nouveaux personnages lui appartiennent mais ont été un peu trop présents à mon goût. Oui, toujours la même chose : il n’y a pas assez de Lisbeth dans ce livre. C’est frustrant. D’un autre côté, paradoxalement, c’est presque tant mieux car je n’ai pas totalement reconnu le personnage que j’avais aimé dans ce nouvel opus. Est-ce ma faute ? Mes souvenirs me jouent-ils des tours ?  J’ai trouvé cette nouvelle Lisbeth un peu trop « physique », un peu trop super-héroine du genre à aller casser la gueule à tout le monde (elle casse notamment les 10 doigts d’un chirurgien) alors qu’à mes yeux, Lisbeth passe par d’autres chemins pour arriver à ses fins. J’ai également trouvé que Lagercrantz avait essayé d’humaniser ce personnage, sans doute pour la rendre plus touchante. Cette « douceur » nouvelle passe notamment par le personnage d’August, un enfant autiste avec lequel notre hackeuse va forcément se trouver quelques atomes crochus.

Bref, c’est une vision de Lisbeth que je n’avais pas mais qui est sans doute légitime.

Concernant l’enquête à proprement parler, je n’entrerais pas les détails, le but n’étant encore une fois pas de raconter l’intrigue mais je n’ai pas été passionnée par ces histoires de piratage et de sociétés secrètes. Ce n’est pas totalement mon univers même si je reconnais que le tout tient la route et est bien construit. L’auteur n’a pas à rougir de son histoire. Elle ne m’a juste pas spécialement parlée. Pour moi, le tout manque cruellement d’action et la fin, convenue et ouverte laisse penser qu’un autre volume suivra. Mais sans doute sans moi !

 

111611268 logopolarssharon2

Room-Read-livres-hauteur-enfants_0_730_502

12/89

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon challenge perso « Je vide ma PAL »

7 comments

  1. sanasan says:

    J’ai bien aimé la trilogie mais comme toi ça n’a pas été un coup de coeur… Elle se lit comme un bon film histoire de passer le temps mais ne casse pas 3 pattes à un canard. Et que dire des suites écrites par d’autres que l’auteur original… C’est rarement, pour ne pas dire jamais à la hauteur. Je ne suis donc pas vraiment étonnée 🙂
    sanasan Articles récents…La confidente des morts d’Ariana Franklin…My Profile

  2. Zofia says:

    Personnellement j’ai adoré la trilogie de Larsson donc je ne pense vraiment pas lire celui-ci, surtout que ton avis montre qu’on peut visiblement s’en passer !
    Si jamais tu avais adoré, j’aurais peut-être jeté un oeil mais là, ce n’est même pas la peine d’essayer.
    Zofia Articles récents…Je suis NiceMy Profile

    • Audrey says:

      J’ai lu des critiques positives donc tu pourrais peut être accrocher ? Mais bon, si tu es très fan de la trilogie, je pense que tu auras du mal à « accepter » cette suite…

Laisser un commentaire

CommentLuv badge