Critique Meurtres à Cardington Crescent, Anne Perry

meurtres-a-cardington-crescent-anne-perry

Résumé

Londres 1887.

Thomas Pitt enquête sur une découverte bien sordide : des morceaux de corps (celui d’une femme) ont été retrouvés empaquetés et dissimulés sous des buissons dans le cimetière Bloomsbury.

Cette première affaire se superpose à une seconde : un meurtre a été commis dans le très chic quartier de Cardington Crescent. Thomas est particulièrement touché par l’affaire car c’est son beau frère, Georges, le mari d’Emily, qui a été empoisonné. Par qui ? Pourquoi ? Au moment du drame, le couple Ashworth séjournait chez la famille March. Le patriarche, Eustace, outré et scandalisé par ce meurtre, semble convaincu qu’Emily est la coupable. Il faut dire que son mari était devenu particulièrement volage ces derniers temps…Elle aurait pu vouloir se venger et son internement arrangerait tout le monde (une Lady ne risque pas la corde).

Certaine que sa sœur est innocente, Charlotte débarque chez les March et entame une enquête de l’intérieur tandis que Thomas continue de creuser les mobiles de chaque suspect.

Mon avis

Meurtres à Cardington Crescent est le 8ème volume de la sage Charlotte et Thomas Pitt.

Dans mon résumé, je révèle le meurtre de Georges et j’en suis désolée. Néanmoins, ce « détail » est révélé sur tous les blogs qui parlent du roman, dans les résumés sur les sites marchands… Bref, c’est une information capitale mais qui est loin d’être un secret.

Georges était un personnage très très secondaire dans la saga d’Anne Perry mais le voir disparaître fait un peu bizarre (même si ça ne va pas nous changer la vie, loin de là). Ce décès violent et inattendu est néanmoins très bien pensé puisqu’il apporte de la surprise et du piquant à une enquête qui, sans ça, aurait pu paraître banale.

Nous sommes chez Anne Perry et nous avons toujours la formule : haute société victorienne + faux semblants + violence des sentiments/des ambitions = un petit polar victorien qui se lit bien !

Emily est, par la force des choses, sur le devant de la scène et c’est particulièrement bienvenu. L’histoire met du temps à démarrer mais nous permet surtout de nous plonger dans le quotidien d’un personnage qui avait été laissé de côté au cours des précédents volumes. Nous retrouvons, de plus, la charmante et vieille Vespasia Cumming-Gould… bien qu’elle soit en petite forme dans ce volume. La faute aux drames qui se succèdent, certainement.

Deux personnages des plus intéressants font aussi leur apparition : la courageuse et rouquine Tassie March et le beau gosse Jack Radley qu’on risque de retrouver dans les prochains volumes j’imagine !

Pour ce qui est de l’enquête, je ne peux que vous dire une chose : le suspens est présent jusqu’aux dernières pages mais la fin est, comme toujours, beaucoup trop abrupte pour me satisfaire… Dommage.

Meurtres à Cardington Crescent nous propose une enquête très prenante qui nous balade, comme toujours, de la haute société aux bas fonds de Londres. Charlotte et Thomas font corps avec Emily pour l’aider à se sortir de ce mauvais pas et la dimension familiale de ce volume lui donne toute sa force !

One comment

Laisser un commentaire

CommentLuv badge