Critique Mental

Sortie : apparemment pas sorti dans les salles françaises…. ??? Allociné indique « prochainement ».

 

Mental fait partie des films face auxquels j’ai du mal à avoir un avis tranché. D’un côté, j’ai aimé mais de l’autre, je me suis ennuyée.

Mental raconte l’histoire de la famille Moochmore. Le père, Barry, n’est jamais là. Maire de la ville, il fuit sa femme, complètement tarée et ses cinq filles, absolument folles elles aussi. Du moins le croit-il. Un jour, sa femme est envoyée dans un asile de fous pour se reposer. Incapable de surveiller ses filles, mais forcé de passer plus de temps avec elles malgré tout, Barry ramasse une auto-stoppeuse et la ramène chez lui. Cette nouvelle nounou de bas étage, c’est Shaz. Grande gueule, cette drôle de femme au passé trouble va prendre les 5 filles sous son aile et les aider à reprendre le contrôle de leur vie.

Mental est un film complètement déjanté, complètement loufoque qui nous plonge directement dans une famille australienne en perte de repères et surtout, d’amour-propre. Le but de Shaz va être de recoller les morceaux et surtout, d’apprendre aux filles à assumer ce qu’elles sont et…à emmerder ceux qui ne sont pas d’accord. Dans l’idée, ce genre d’histoire me plait.

La présence de Toni Collette, les décors, l’histoire et l’ambiance du film m’ont directement fait penser à un film que j’affectionne particulièrement, Muriel, sorti en 1994. Puis j’ai réalisé que PJ Hogan en était également le réalisateur. Comme quoi, des fois j’ai de l’intuition ! Sans être des copies conformes (puisque l’histoire n’est pas du tout la même), le réalisateur nous montre cette fois encore la vie d’une famille pas très glorieuse, en proie à des névroses particulièrement présentes au quotidien. Les filles de Mental sont pourtant beaucoup plus fraîches que les personnages de Muriel pour qui on avait quand même du mal à garder espoir… L’histoire reste donc légère et non glauque et déprimante comme dans Muriel.

Malgré sa drôlitude et un panel de personnages particulièrement original, on peine à trouver un sens à un tel film. Alors évidemment, des thèmes tels que la folie, la normalité, les liens familiaux qui partent à la dérive… permettent de cimenter l’ensemble. Mais il manque un petit quelque chose, il manque un petit truc qui nous permettrait de vraiment s’attacher à cette famille. Moi, au bout d’une heure à peine, j’en avais déjà un peu marre. Il restait encore une heure à se farcir pour arriver jusqu’au générique de fin. Dur.

En somme, Mental est un film correct mais qui traine en longueur, du moins à mes yeux. Malgré tout, son originalité et l’intérêt de ses personnages nous permet de tenir le coup jusqu’à la fin. Je conseille vivement de le voir en VO afin d’apprécier pleinement les répliques des personnages…qui, je pense, pourraient paraître plus fades en VF.

2 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.