Critique Mémoires de jeunesse

Après réflexion, Mémoires de jeunesse n’était peut-être pas vraiment le film à aller voir en fin de semaine quand tu as envie de rigoler et de te changer les idées. Disons qu’il manquait peut-être un peu de bonne humeur… mais bon, vu le thème, il ne fallait pas s’attendre à rigoler, je sais je sais.

l-histoire-vraie-de-vera-brittain-entre-etudes

Nous les anglais on est jeunes on est riches on est beaux on est libres et on gambade joyeusement !

L’histoire est la suivante :

Vera Brittain est bien décidée à entrer à Oxford car, malgré le fait qu’elle soit une femme dans un monde d’hommes, elle espère bien avoir l’instruction et les connaissances nécessaires pour se faire une place dans la société anglaise. Hors de question donc, de rester à la maison et d’attendre qu’un jeune homme demande sa main. Elle s’éprend pourtant du jeune Roland Leighton. Cet amour est partagé. Mais les rêves de Vera prennent vite l’eau. Nous sommes en 1914 et la guerre vient d’éclater. Tous les hommes de sa génération partent au front. Vera renonce à ses études et devient infirmière.

kit-harington-alicia-vikander_159535_w460

Et puis c’est le drame. La guerre, le départ, les adieux sur le quai de la gare… Classique mais toujours efficace !

Certes, l’histoire de Vera ne brille pas par son originalité. Bon, je n’ai pas forcément les titres en tête mais l’histoire de familles, en général et d’amoureux, en particulier, qui sont séparés par la guerre : on connait ! Généralement, ce sont des histoires très tristes, ou au moins émouvantes, qui touchent forcément les spectateurs, quelle que soit leur génération.

Je ne connaissais pas du tout Vera Brittain et encore moins son oeuvre Testament of Youth. Il faut dire que les romans et les films sur la guerre ne m’intéressent pas beaucoup (non par indifférence, mais juste parce que je trouve ça trop dur)… même si j’ai une nette « préférence » pour les fictions se déroulant en 14-18. J’avoue, je dois avoir des lacunes littéraires sur le sujet !

Le film est vendu comme un biopic sur une féministe, une femme de poigne. On saisit bien évidemment le caractère frondeur de la jeune femme et sa détermination… mais j’ai trouvé que le personnage principal disparaissait un peu derrière l’Histoire avec un grand H. Vera passe pour une jeune femme intelligente, cultivée mais l’épisode à Oxford est trop court pour qu’on se rende compte de ses succès dans les études. Je n’ai pas réussi à me passionner pour cette femme…même si elle a quelque chose d’attachant.

Je dirais donc que le portrait de femme a ses limites dans ce film.

Malgré tout, Mémoires de jeunesse est un beau film. Un film qui rend hommage à toute une génération sacrifiée et plus particulièrement, aux femmes qui se sont engagées, à leur manière, dans ce combat sanglant. En tant qu’infirmière, Vera va en baver. Et en sortira changée. J’ai beaucoup aimé l’espèce de mélancolie à la fin du film, quand Vera retrouve l’univers dans lequel elle évoluait 4 ans plus tôt… Les lieux sont les mêmes mais rien n’est plus pareil.

4766603_7_1414_alicia-vikander-dans-le-film-britannique-de_adc26cb9830dad511a8a3f28a3749d8b

Alicia Vikander, sans doute LA révélation du film.

Je ne suis pas du tout une fan de la série Game of throne mais je sais que Kit Harington fait fantasmer bon nombre de femmes. Je ne nie pas que, avec ses cheveux longs et ses peaux de bête, il puisse avoir un certain charme mais la version 1914 de l’acteur m’a semblé bien moins séduisante. Voire tout à fait bof. Si on fait fi de ces considérations futiles sur le physique, le jeu de l’acteur est plutôt bon. Mais pas inoubliable.

Celle qui m’a, au contraire, beaucoup plu, c’est Alicia Vikander. On la voit de plus en plus au cinéma ces derniers temps et je trouve que c’est amplement mérité car, en plus d’être belle et très naturelle, elle joue merveilleusement bien. Elle est juste de A à Z et à mes yeux, porte littéralement tout le film sur ses frêles épaules.

C’est marrant, son personnage et l’histoire m’ont quand même fait penser à Autant en emporte le vent et à Scarlett O’Hara…soit à une génération née privilégiée puis détruite par la guerre. Le plan où l’on voit Vera circuler entre les blessés, posés à même le sol a fait directement écho à celui où l’on voit Scarlett déambuler au milieu des blessés d’Atlanta.

maxresdefault

Avoir 20 ans en 1914, c’est vraiment pô cool ! Mais vous inquiétez pas les zenfants, dans 4 ans c’est l’armistice ! Et dans 25, la seconde guerre mondiale ! (oups…).

Mémoires de jeunesse est un film très bien réalisé. Triste sans être trop mélodramatique, romantique sans être très mièvre. Beau, esthétiquement parlant… je lui ai néanmoins trouvé pas mal de longueurs. Je regrette aussi qu’il soit si classique et si convenu…mais difficile de faire dans l’originalité avec un film sur la guerre de 14-18.

2 comments

    • Audrey says:

      Oui il est sorti mercredi dernier !
      C’est bizarre, comme je l’attendais avec impatience, je pensais que c’était un film avec une grosse promo. On dirait que non ou alors, tu es passée à travers… vu que tu vis à Paris, c’est étonnant ! donc finalement, il n’était pas tant attendu que ça ! 😉

Laisser un commentaire

CommentLuv badge