Critique Mean Creek

Sortie : 19 septembre 2004

Parfois, c’est des années après leur sortie que l’on découvre des films qui auraient dû attirer notre attention beaucoup plus tôt. Mean Creek fait partie de ces derniers. On y retrouve notamment Rory Culkin au casting (en mode bébé vu qu’il a presque 10 de moins), récemment vu dans Electrick children au cinéma (film que je recommande encore !). Le reste du casting m’est inconnu.

Ce film raconte l’histoire de Sam. Après s’être fait tabasser par George, une brute épaisse qui partage la même cour de récré que lui, Sam va se plaindre à son grand frère. Ensemble, ils commencent à mettre un plan sur pieds : ils vont inviter George à une promenade en bateau et lui feront payer sa violence gratuite. Le jour J, ils entrainent quelques camarades avec eux afin de mener cette affaire à terme… Mais alors que Sam commence à regretter d’avoir tendu un piège à George, les choses dérapent…

Irréversible. C’est ainsi que l’on pourrait qualifier l’histoire racontée dans Mean creak. Ou comment une vengeance d’enfants bête et méchante, bien qu’enfantine, peut tourner au drame en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Si l’interprétation est d’une grande qualité, le principal point fort de ce film est son intensité qui va crescendo. Tout commencerait presque comme une banale promenade au bord puis sur l’eau. Ces adolescents, plus ou moins âgés, évoluent dans une nature sauvage et magnifique…dont ils se soucient finalement peu. En plein âge ingrat, ils ont d’autres choses en tête, chacun à sa manière.

Une grande importance est accordée aux émotions des personnages et surtout, à l’évolution de ces derniers. Il y a aura toujours un avant et un après, l’histoire se concentrant sur la transition entre deux états. Le ton et la réalisation nous permettent d’ailleurs d’être très proches des personnages mis en scène, un peu comme si nous étions nous aussi dans le bateau. Du coup, il est impossible de ne pas se mettre à leur place.

Ce parcours initiatique forcé permet d’aborder des thèmes divers et variés mais sans jamais tomber dans le ridicule ou la caricature. L’importance des actes, même les plus anodins et la relative disparition des parents (on voit finalement très peu adultes dans le film) sont évoqués mais ne jettent la pierre sur personne. Mean creak ne fait pas non plus le procès d’une adolescence américaine dépravée… on est dans le réalisme et au cœur de la vie de Mr tout le monde.

Malgré une histoire que l’on pourrait qualifier de banale au premier abord, Mean Creak est un film sobre mais marquant, troublant…et qui met plutôt mal à l’aise. Tous les jeunes acteurs sont étonnants de justesse et de crédibilité et donnent tout son intérêt à un film sans prétentions qui commence un peu à dater (même si c’est relatif) mais que je conseille.

2 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge