Critique Mauvais genres

Sortie : 8 août 2001

Il y avait un bail que je voulais voir Mauvais genres, notamment pour Robinson Stévenin que j’aime beaucoup. Mais le film est peu connu, déjà un peu vieux et donc, pas facile à trouver…si ce n’est en dvd pour plusieurs dizaines d’euros… Quand j’ai enfin mis la main dessus grâce au Dieu Internet, j’ai trouvé la plaquette assez moche mais vaille que vaille, j’ai commencé le visionnage.

Ce film nous raconte l’histoire du commissaire Huysmans, un flic un peu blasé qui enquête sur une série de meurtres. Les victimes ? Des putes et des travelos de Bruxelles. C’est également l’histoire de Bo Ancelin, un jeune homme ayant choisi d’être une femme. Les meurtres se multiplient autour de lui et pour lever les soupçons qui pèsent sur sa petite personne, Bo va tenter de mener sa propre enquête. Il risque, au passage, de se heurter à la mauvaise humeur de Huysmans.

Je suis carrément mitigée. D’un côté, j’ai aimé, de l’autre j’ai trouvé ce film très brouillon.

L’ambiance du film, un peu noire, un peu glauque, voire un peu triste est vraiment intéressante, tout comme l’idée de départ. Dans les premières minutes, on a l’impression qu’un thriller de très haut vol se déroule devant nos yeux. De plus, la peinture de cette petite communauté de travestis est très bonne, très touchante. Les hommes qu’on y croise sont sympathiques et extrêmement attachants. Bo, joué par Robinson Stévenin est certainement le plus convaincant de tous, ne serait-ce parce que par l’acteur a su cultiver un côté androgyne qui convient bien à ce type de personnage. Sa prestation est particulièrement mémorable et permet d’oublier le reste…

…soit un scénario lourdingue, mal ficelé, bardé de fausses pistes un peu bêtes qui nous perdent plus qu’elles ne nous font adhérer à l’histoire. Et puis il y a surtout trop d’incohérences. De plus, la mise en scène et les prestations de certains acteurs sonnent carrément faux et ça fait mal au cœur, tout simplement. Ce n’est pas vraiment du grand art, c’est plutôt digne d’un vieux téléfilm de Fr3, sans plus.

Mauvaises genres est donc un polar un peu rétro vaguement réussi ou plutôt raté à cause d’une intrigue tortueuse et vraiment mal menée. Richard Boringher ne m’a pas vraiment convaincue contrairement à Robinson Stévenin. Il était la seule raison qui m’a fait regarder ce film, il est la seule raison qui m’ait fait rester jusqu’à la fin.

2 comments

    • Audrey says:

      Huuum pas grand chose. Il joue dans quelques films par ci, par là mais rien de super folichon. Je comprends pas si c’est un choix de sa part ou non 🙁

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.