Critique manga : I am a hero

Après avoir un peu avancé dans ma bluette pour collégiennes qui rêvent du grand amour Lady and Butler, j’ai testé un manga à l’univers bien différent : I am a hero. Cette fois, terminé les échanges de regards langoureux et bonjour l’angoisse. En effet, la vie de Hideo Suzuki est sur le point de se compliquer d’une manière assez extraordinaire…

Agé de 35 ans, Hideo est un assistant mangaka un peu cinglé (du genre à avoir des visions, à angoisser la nuit, à discuter tout seul et à être légèrement parano sur les bord) a une petite amie, Tekko, elle aussi mangaka et toujours un peu trop proche de son ancien petit ami (accessoirement mangaka lui aussi et beaucoup plus doué que Hideo, ce qui a le don d’agacer ce dernier).

Perdu dans un monde qui n’intéresse que lui, Hideo ne se rend pas tout de suite compte que les choses se dégradent autour de lui. Les informations télévisées sont pleines de faits divers sordides, les gens tombent malades, ne reviennent pas travailler, se mordent entre eux… et se transmettent un virus qui les changent en des sortes de créatures assoiffées de sang. Armé de son fusil, Hideo va tenter de survivre à cette épidémie où les survivants sont parfois aussi dangereux que les infectés…

Je viens de commencer I am a hero mais je suis particulièrement enthousiaste par rapport à la suite. Hideo est une sorte d’anti-héros pas vraiment sexy, pas vraiment courageux, à moitié fou mais justement, on a envie de le suivre et de voir comment il va se débrouiller face à l’adversité. Très détaillés, les dessins sont particulièrement réussis, la mise en scène est terriblement efficace et les dialogues sont également le gros point fort de ce manga horrifique. C’est inventif, intéressant… à voir si mon avis évolue à la lecture des volumes suivants.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.