Critique manga : Blood alone, de Masayuki Takano

Blood Alone est un manga proposé par Masayuki Takano. En France, il est sorti dans les éditions Ki-oon au cours de l’année 2006. Etant donné qu’il est assez vieux, il est actuellement proposé dans une nouvelle édition avec de nouvelles couvertures et quelques chapitres exclusifs.

Avant mon séjour à Tokyo, je ne le connaissais pas. Comme j’ai arpenté pas mal de boutiques de mangas sur place, j’ai repéré ce titre en anglais, espérant qu’il était sorti en France. J’ai retrouvé le premier tome de Blood alone au musée du manga de Kyoto et j’en ai lu le premier chapitre. Emballée par les dessins tout comme par l’histoire, je me suis commandé les trois premiers volumes que j’ai trouvé à mon retour en France.

Il raconte l’histoire de Misaki. Jeune et toute mignonne, elle cache un lourd secret car elle est en fait… un vampire. Esseulée et vivant exclusivement la nuit, elle partage la vie de Kuroe, un écrivain plus âgé qu’elle et accessoirement, fauché. Misaki nourrit des sentiments de plus en plus affectueux à son égard mais ce drôle de couple est rattrapé par son passé. Ensemble, ils vont affronter un redoutable vampire : celui qui a tué le père de Misaki et emporté la sœur de Kuroe.

Quand j’ai commencé Blood alone, je pensais avoir affaire à une histoire de vengeance. Pour le moment, je n’ai lu que ce qu’on appelle des « tranches de vie » soit des petites anecdotes se passant dans la vie de Kuroe et Misaki. Entre deux histoires anodines se trouvera pourtant une révélation ou deux qui promettent beaucoup pour la suite de l’histoire…encore faut-il avoir la patience d’aller voir jusqu’au bout.

Vous l’aurez compris, malgré une touche naïve et mignonne, tout n’est pas rose et facile et certains épisodes sont plutôt corsés mais beaucoup d’importance est donnée à la relation entre les deux personnages principaux.Ce duo romantico-comique est terriblement attachant et se révèle beaucoup plus complexe qu’à première vue. Malgré tout, je regrette qu’aucune vraie histoire linéaire ne soit encore venue traverser ce manga. De plus (mais c’est entièrement ma faute), j’imaginais que le personnage de Misaki était beaucoup plus ambigu. Après tout, cette jeune ado n’est-elle pas une vampire ? On ne demanderait presque où est passé son côté sombre tant elle est mignonne et drôle.

En bref, Blood alone m’a séduit par son ambiance et ses personnages. J’attends pourtant un peu plus de l’histoire mais compte bien me procurer la suite.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.