Critique Mamá

Sortie : 15 mai 2013

Je regarde pas mal de films d’horreur (enfin plus souvent chez moi qu’au cinéma car ainsi, j’évite les bandes de dégénérés-bercés-trop-près-du-mur qui sont souvent présents en masse à ce type de projection). Bon. J’ai très rarement peur mais j’aime bien. Cela étant dit, la plupart des films d’horreur que je vois sont :

1-      Mal foutus

2-      Ridicules

3-      Voire les 2 ! (je ne parle même pas de ceux qui ont une chute déplorable).

Mamá a donc été une assez bonne surprise. Produit par Guillermo Del Toro, ce film raconte l’histoire de deux gamines un peu spéciales, Lily et Victoria. Après la mort de leurs parents, elles ont été plus ou moins abandonnées dans une maison au fond des bois (je ne vous expliquerai pas comment ni pourquoi). Cinq ans plus tard, alors que tout le monde les pensait mortes, elles sont finalement retrouvées. Lucas, le frère de leur papa, est heureux de les récupérer et espère leur offrir une nouvelle vie. Sa compagne, Annabel, est un peu moins enthousiaste mais suit le mouvement.

Je suis particulièrement sensible aux castings des films d’horreur car la plupart des réalisateurs emploient des acteurs de seconde zone, plus ou moins dénués de talent. Dans Mama, on retrouve notamment Jessica Chastain que j’aime beaucoup et j’y ai donc vu un gage de qualité. Par contre, j’ai moyennement apprécié son rôle que j’ai trouvé un brin cliché : elle joue une bassiste qui quitte son groupe de métal pour suivre son homme et les deux gamines. Tatouée, au teint de porcelaine et aux cheveux noir corbeau, elle n’aime évidemment pas les enfants et n’est pas maternelle pour deux sous contrairement à celle que les deux gosses appellent « mama ».

Les histoires de familles qui sombrent dans l’horreur à cause de gamins chelous, c’est du vu et du revu. Mama apporte pourtant quelque chose en plus, quelque chose qui fait toute la différence : le mystère. Ces deux gamines, rescapées de 5 ans de solitude, étaient-elles vraiment seules dans la forêt. Comment ont-elles survécu ? A mesure que le temps passe, les contours de l’histoire deviennent plus précis, plus nets et on comprend doucement le pourquoi du comment. Les meilleures scènes sont évidemment celles avec la fameuse « mama » d’une horreur saisissante.

Des acteurs au top, une mise en scène de qualité et des effets visuels à couper le souffle, voilà bien les qualités de Mama. A noter cependant que l’histoire traine un peu en longueur dans le dernier tiers : les spectateurs ont alors tout compris à l’intrigue qui peine pourtant à se terminer.

Selon de récentes déclarations, le studio Universal a évoqué sa volonté de donner une suite à Mama et même, de créer une franchise. Andres Muschietti, qui est le réalisateur (ce film étant une adaptation d’un de ses courts métrages) semblerait avoir refusé. Son argument ? La suite n’a pas raison d’être et reviendrait à épuiser le concept. Un avis que je partage totalement. On veut faire une suite car Mama a rapporté énormément d’argent mais l’histoire ne s’y prête absolument pas et perdrait beaucoup en intérêt.

6 comments

  1. petiteconne says:

    Je l’ai vu… mais il y a vraiment un bail, au moins 7 ou 8 ans, donc j’aurai du mal à en parler ma foi… Mais je suis certaine de l’avoir vu. Tu me donnes envie de le revoir du coup… Je n’ai pas souvenir que ce soit gore mais malsain, comme tu dis, et un brin glaçant…comme les japonais savent si bien le faire… ^^

Laisser un commentaire

CommentLuv badge