Critique Maintenant ou jamais

Sortie : 3 septembre 2014

Juliette a deux enfants, un mari et un petit appartement qui déborde de toutes parts. Heureusement, la petite famille va bientôt déménager dans une maison en construction, hors de Paris. Une nouvelle vie. Tout part en fumée le jour où Charles perd son emploi. Complètement pendu, le couple se voit dans l’obligation de laisser tomber ses rêves…sauf que Juliette a peut-être un plan. Braquer une banque pour assurer l’avenir de son foyer…et pourquoi pas ?

J’avoue, à la base je suis allée voir Maintenant ou jamais pour le casting. J’aime en effet beaucoup Arthur Dupont et Nicolas Duvauchelle. Quant à Leila Bekhti (qui trouve ici un beau rôle), sans l’apprécier particulièrement, je n’avais rien contre l’idée de la voir en héroïne du film. De ce côté, tout va bien. Mais ai-je été convaincue par le reste ? Et bien…seulement à moitié.

D’emblée, j’ai aimé l’ambiance de ce film qui ne repose sur pas grand-chose, si ce n’est sur le petit quotidien d’une jeune famille. [Bon, j’avoue, j’ai eu du mal à trouver Leila et Arthur (on n’est pas potes mais ça me saoule d’écrire leurs noms de famille) crédibles en tant que parents. Faut dire qu’ils ont à peine 30 ans tous les deux alors les voir avec de grands enfants, ça m’a fait bizarre pour le coup même si on est d’accord : ça n’a rien d’étonnant, c’est juste moi qui tique pour rien.]. Bref, tout ça pour dire que le décor se veut réaliste et que j’aime bien les films qui se déroulent dans un quotidien très « français moyens », comme on dit.

Quant au thème de départ, soit la dérive financière d’une famille qui galérait déjà un peu, quoi de plus…ancré dans l’air du temps finalement. La crise, la difficulté à payer, tout ça tout ça (si on excepte le fait que le jeune couple, pas hyper argenté à la base, se fait quand même construire une maison de ouf. Comment ont-ils eu un tel prêt ? On ne le saura pas). On comprend bien vite les angoisses de Juliette qui voit les factures s’accumuler : la colo à la payer, le loyer de la location à assurer, le prêt de la maison qui s’ajoute à ça sans compter tous les frais classiques… Le soir où elle se fait voler son sac par un malfrat du dimanche, elle décide de recroiser sa route et de se lancer avec lui dans une folle aventure : un braquage. Il va dire oui. Et c’est là que les choses se corsent un peu…dans tous les sens du terme.

Malheureusement, le film m’a semblé truffé d’incohérences. J’avoue, j’ai eu beaucoup de mal à accepter le postulat de départ, soit qu’en quelques jours, une jeune mère de famille décide de se lancer dans un braquage. Si les emmerdes s’accumulent, j’ai trouvé que le scénario n’allait pas assez loin dans cette première partie. Juliette ne m’a pas semblée totalement au bout du rouleau et pourtant, elle va passer à l’acte. Et pas parce qu’elle crève la dalle, non non. Juste pour avoir la maison de ses rêves. Le confort bien bourgeois auquel elle aspire plus que tout, on ne sait pourquoi (bien que son mari passe son temps à lui rappeler que l’important est d’être ensemble). Je n’évoquerai même pas la romance à la mord moi le nœud qui nait entre Juliette et l’homme qui va l’aider. C’est prévisible, débile et vraiment sans intérêt (même si ce choix narratif apporte quand même beaucoup d’ambigüité à la fin du film).

Film à suspens, Maintenant ou jamais nous permet également de plonger au cœur même d’une famille, d’un couple et dans la tête d’une jeune femme et de son trouble amoureux.  C’est sombre, romanesque, réaliste mais paradoxalement, cela manque carrément de crédibilité. C’est ce que je craignais à la base, d’ailleurs. Malgré tout, j’avoue que j’ai passé un bon moment devant l’écran car à la base, Maintenant ou jamais était quand même plein de bonnes intentions.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.