Critique Magnifica, Maria Rosaria Valentini

Publié aux éditions Denoël le 23 août 2018, dans la catégorie littérature étrangère, Magnifica est un roman écrit par Maria Rosaria Valentini, écrivain et poète italienne qui vit actuellement en Suisse. Il s’agit de sa première œuvre traduite en français. Ce travail a été effectué par Lise Caillat.

L’obscurité, de minute en minute, se faisait dense, visqueuse. Ada Maria se perdait dans des désirs minuscules, presque timides. Des coquillages de rêve. Parfois elle s’en détachait soudainement car juste là, au coeur de la nuit, apparaissaient des lueurs circulaires de la taille des graines de lupin, filant rapides et imprévisibles : des yeux de renard.

Résumé éditeur

Années 50. Dans un petit village des Abruzzes. La jeune Ada Maria est la fille d’un couple sans amour. Son père, Aniceto, passe le plus clair de son temps avec Teresina, sa maîtresse, ou enfermé dans son atelier de taxidermiste. Eufrasia se contente d’être mère et de noyer sa fragilité dans les soins qu’elle apporte à ses enfants.
Lorsqu’elle meurt prématurément, Teresina prend peu à peu sa place dans la maison. La jeune Ada Maria s’occupe alors de son frère en s’efforçant d’ignorer Teresina. C’est pourtant dans ce quotidien en dehors du temps, rythmé par la couleur des frondaisons, la succession des naissances et des deuils, que l’Histoire fait un jour irruption. Dans un bois avoisinant le village, Ada Maria aperçoit un jour une ombre. Il s’agit d’un homme, hagard, désorienté, il n’a jamais quitté la cabane où il s’est réfugié à la fin de la guerre. Il est allemand. Les deux êtres vont se rapprocher. De cet amour naîtra une petite fille aux yeux clairs et à la peau diaphane, Magnifica, changeant à tout jamais le destin tranquille auquel Ada Maria se croyait cantonnée.

Mon avis sur Magnifica

Mélancolique, doux, poétique, romantique… voilà les quatre termes qui me viennent en tête lorsque je pense à ce roman. Pleine de délicatesse, cette histoire toute en subtilité est pleine de secrets que je n’évoquerai évidemment pas ici, espérant vous pousser à les découvrir par vous-même. Ces secrets, ils se dévoileront évidemment par le biais de personnages très touchants tels qu’Ada Maria et son ex soldat allemand. Grâce à eux et à leur histoire, l’auteure nous raconte très bien la naissance de ce sentiment si doux qu’est l’amour et il m’a alors été plus facile de m’attacher à un roman qui m’avait décontenancée dans ses premières pages.

Agréable, aussi, cette belle plongée dans l’Italie avec ses couleurs, ses saveurs et ce petit truc en plus qui rend ce pays si attirant. Comme moi, vous imaginerez très bien les contours, les ruelles et les habitations de ce petit village italien où tout le monde se connait, s’épie et qui est encore fortement traumatisé par la guerre.

Reconnaissable à sa très belle couverture (une peinture du bien connu et tant apprécié John William Waterhouse), Magnifica n’est pas un roman où l’action est très présente mais le voyage vaut malgré tout la peine, si on aime prendre son temps. À la fois lent, délicat mais également intense de par les sentiments qu’il évoque, ce roman raconte une histoire dramatique sans être jamais plombant ou triste. Il est évidemment à conseiller à celles (et à ceux ?) qui aiment les romans féminins où l’amour, les secrets et la valse des générations sont omniprésents. Mention spéciale à la plume de l’auteure qui est, quant à elle, d’une grande élégance et qui gagne en force à mesure que l’histoire avance.

9 comments

  1. A-Little-Bit-Dramatic says:

    Que ça fait plaisir de revoir enfin des chroniques sur Cellardoor ! 😉 Ca m’a vraiment manqué ! Venir te lire était devenu un petit rituel, une habitude et je suis ravie de retrouver enfin des articles ici même si je comprends complètement ton besoin de prendre de la distance avec le blog, les réseaux etc…

    Je voulais aussi te remercier pour cette chronique parce que j’ai croisé Magnifica un peu partout ces derniers temps mais malgré sa si belle couverture, très honnêtement, je n’avais pas envie de m’y intéresser et au final, j’ai beaucoup aimé le résumé. Sans pouvoir dire catégoriquement que ce livre me plairait, je crois en tous cas que ça pourrait être le cas. 😉 Donc, je note ! !
    A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…Zita, Impératrice Courage ; Jean SévilliaMy Profile

    • Audrey says:

      Je suis également ravie de te revoir ici ! J’espère avoir le temps de passer sur ton blog sur ce weekend, histoire de reprendre le rythme car tu sais que j’aimais beaucoup te suivre !

      Je pense sincèrement que Magnifica pourrait te plaire ! 🙂 Il est très bien écrit et tout en délicatesse.

      • A-Little-Bit-Dramatic says:

        Bon, je reviens ici un mois après, tout va bien ! 😉
        J’ai bien réceptionné tes derniers commentaires, merci pour ton passages sur mon blog. Ca me fait plaisir de te retrouver et d’échanger de nouveau avec toi. 😉

        Tu me donnes très envie avec Magnifica, que je n’aurais peut-être pas du tout calculé autrement… A voir… Peut-être une lecture pour 2019. 😉
        A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…L’Enfant du Lac ; Kate MortonMy Profile

  2. Après l'averse says:

    Changement d’ambiance 🙂
    As-tu lu L’élégance des veuves d’Alice F quelque chose (Ferrey ? Fernais ? Impossible de me souvenir de son nom de famille mais c’est quelque chose comme ça). Ta chronique m’y fait penser, ça pourrait te plaire !

    • Après l'averse says:

      Je ne sais pas si le livre est connu ou non, je l’ai acheté au pif (et l’ai apprécié !). Il a donné lieu à un film sorti il y a 2 ou 3 ans, avec Audrey Tautou, Bérénice Bejo et Mélanie Laurent. Le film s’appelle Éternité. Concrètement, il ne se passe rien dans ce film (c’est juste l’histoire d’une famille), mais je l’ai trouvé très émouvant. Tous ceux à qui j’ai montré la bande annonce m’ont dit que ça a l’air merdique à souhait (j’ai un côté fleur bleue :))

      • Audrey says:

        Je suis allée voir la fiche allociné et ça me dit rien du tout ! Je pense que je commencerai plutôt par lire le livre car ça m’intéresse. Le film n’est pas super bien noté mais bon… ton ressenti positif prouve bien que notre appréciation dépend aussi de notre sensibilité. Quelque part, quelque chose doit intimement te toucher dans cette histoire.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge