Critique Maggie

Sortie : 27 mai 2015

Un terrible virus se propage aux États-Unis. Les infectés sont parqués en quarantaine, sans espoir de survie. Ils se « zombifient ». Maggie a 16 ans et apprend qu’elle est contaminée. Son père est déterminé à la protéger, coûte que coûte mais la fin arrive inexorablement.

Je fais partie de ceux qui frétillent des nageoires dès qu’il est question de zombies. J’avais bien envie de voir ce film même si je présageais qu’il allait être plus psychologique que dans l’action pure. Après tout, il s’agissait de nous faire rencontrer une famille en plein désarroi : l’aînée des enfants étant condamnée, comment vivre les derniers jours à ses côtés ?

Je n’aurai jamais pensé dire ça mais j’ai beaucoup aimé la prestation de Schwarzenegger. Il incarne un père de famille protecteur et aimant tout en étant parfaitement crédible. Je suis par contre moins enthousiaste au sujet du reste du casting. J’ai finalement pas mal de mal à apprécier Abigail Breslin (que j’ai récemment vu dans Perfect sisters, également très très moyen). Dans son rôle de Maggie, elle ne m’a pas convaincue et encore moins touchée…

…et c’est là que les choses se compliquent (malgré un thème intéressant, malgré une réalisation soignée).

Le côté intimiste de Maggie ne m’a pas déplut. On voit quelques zombies mais attention, on est pas dans The Walking dead ou dans 28 jours plus tard pour autant, niveau suspens et frissons, faudra repasser. Maggie se concentre surtout sur les réactions d’une famille banale face au drame qui les frappe.

C’est un peu comme si demain, votre gosse ou votre sœur était vouée à se transformer en zombie. Vous oscillerez certainement entre peur (peur pour elle mais aussi pour vous) et tristesse. Et comme vous n’êtes pas un super héros capable de trouver l’antidote et bien, il n’aurait rien d’autre à faire à part attendre que ça passe…

Dans ce cadre, Maggie est censé se concentrer sur la relation père/fille…que dire alors des nombreuses scènes où on ne les voit pas ensemble (fifille va passer la soirée avec ses potes, fifille traîne seule dans sa chambre, papounet va voir la maison des voisins alors qu’à mon sens, il ferait mieux de s’occuper de ce qui se passe dans la sienne…)? Elles diluent un peu le propos et finalement, n’apportent pas grand chose. On survole finalement un sujet qui aurait mérité mieux, mérité plus. Au début, c’est intéressant puis cela tourne presque à vide. Je n’ai pas senti beaucoup de complicité entre les deux acteurs, mon âme pourtant sensible n’a rien ressenti à leur sujet. Du coup, j’ai trouvé le film atrocement long et plutôt vain.

Maggie aurait été un beau film s’il avait été poignant. Sous ses airs de film poétique et mélancolique, il ne propose finalement pas grand chose. Cela n’engage que moi, je n’ai ressenti aucune émotion durant le visionnage. Ni peur, ni angoisse, ni tristesse, ni regrets à l’idée de voir cette jeune fille mourir… C’est certes très bien filmé, très contemplatif mais pour moi, ça ne fonctionne absolument pas.

4 comments

  1. auroreinparis says:

    Alors que c’est un thème qui me fascine ( méchant virus zombifiant et focus sur une famille touchée), même la bande annonce ne m’a pas attirée. Ton avis confirme mon pressentiment, je pense passer mon tour !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.