Critique Loving, Jeff Nichols

Loving-afficheRésumé

 Mildred et Richard Loving s’aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu’il est blanc et qu’elle est noire dans l’Amérique ségrégationniste de 1958. L’État de Virginie où les Loving ont décidé de s’installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu’il quitte l’État. Considérant qu’il s’agit d’une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu’à la Cour Suprême qui, en 1967, casse la décision de la Virginie. Désormais, l’arrêt « Loving v. Virginia » symbolise le droit de s’aimer pour tous, sans aucune distinction d’origine.

L_02458.jpg

Mon avis

Je suis une grande fan de Jeff Nichols. J’adore ses films que je trouve toujours terriblement bien foutus, beaux. Quand j’ai vu le thème de son prochain film, quand j’ai vu le casting et surtout, quand j’ai vu les premières images, j’ai compris que le cru 2017 allait être aussi bon que les autres et en effet, il le fut !

Je ne connaissais absolument pas l’histoire des Loving mais je pense qu’elle est typiquement le genre d’histoire qui ne peut laisser indifférents. Leur parcours est absolument sidérant, bouleversant et beau puisqu’à la fin, c’est l’amour qui gagne.

Loving ne se présente pas comme une épopée judiciaire, comme ce qu’on appelle un « film-dossier », un film super documenté, super historique et rébarbatif. Il raconte juste le quotidien banal, et finalement pas si banal, d’un couple qui brille… par sa banalité, justement. Et c’est ce qui rend l’histoire encore plus forte : Mildred et Richard sont des gens simples qui veulent juste vivre tranquillement dans leur maison, près de leurs familles. C’est d’ailleurs ce que Richard répète souvent « ils ne dérangent personne »… Sauf qu’en réalité, ce couple mixte en dérange pas mal. D’où leurs soucis.

L_01532.NEF

 

J’ai aimé que Loving soit un juste mélange d’émotions et de retenue. A aucun moment Jeff Nichols ne sombre dans le pathos, le larmoyant facile, l’émotion facile, même. Son film n’est même pas un film politique ou un film moralisateur, militant. Absolument rien de tout ça ! Il parle juste d’un couple et des obstacles qui les ont empêché de vivre ensemble, sous le même toit, dans leur région d’origine. C’est touchant de simplicité, de sobriété, un bel hommage à une lutte qui, dans un monde parfait, n’aurait jamais dû exister. Typiquement le genre de cinéma qui me parle.

Quand le générique de fin arrive, tu as l’impression d’avoir vu un beau film, un film bien filmé, bien interprété, une belle histoire d’autant plus forte qu’elle n’est pas sorti de la tête d’un scénariste particulièrement inspiré mais de la vérité vraie d’un couple américain, dans les années 60. Peut-être un peu classique dans sa réalisation, certes, Loving reste malgré tout un film à voir !

loving-famille-jeff-nichols-champs-e-lyse-es-film-festival

Et pour terminer, une petite photo de la vraie famille Loving !

20 comments

    • Audrey says:

      C’est plus un livre qui est une source d’inspiration qu’une véritable adaptation non ?
      Jeff Nichols semble avoir plus travaillé via le documentaire de Nancy Buirski. Du moins c’est ce que j’ai lu et retenu ^^
      Enfin, c’est la même histoire évidemment donc tu ne pourras qu’aimer le film si tu as aimé ce livre ! 😀

  1. zofia says:

    Je suis très contente d’avoir vu ce film que j’ai trouvé très beau, plein d’émotions sincères et de retenue, néanmoins je m’attendais à ce que le film insiste plus sur le côté judiciaire, surtout sur le passage à la cour suprême qui a finalement tout changé pour le pays après. Mais je me rends compte que moi aussi j’aime beaucoup Jeff Nichols, je n’ai pas vu tous ces films mais je commence à en avoir vu pas mal 😉
    Par contre, il faut absolument que je cherche dans quoi j’ai vu l’acteur qui joue Richard Loving je me suis posée la question tout le film !!
    zofia Articles récents…Bujo, 3 moisMy Profile

    • Audrey says:

      Je vois tout à fait ce que tu veux dire ! Par contre, je n’aime pas les affaires judiciaires, les procès, tout ça tout ça… généralement ce sont des moments très rébarbatifs pour moi donc contrairement à toi, je suis plutôt heureuse d’y avoir échappé 😀
      Joel Edgerton ne fait pas partie de mes acteurs de prédilection mais en regardant sa filmo, je me suis rendue compte qu’il est dans plein de films que j’ai vu ! Je pense que tu te feras la même réflexion !

      • zofia says:

        Oui, je sais que tu n’aimes pas trop ça et en fait dans Loving, je trouve que c’est très bien comme c’est, simplement, je ne sais pas pourquoi je m’étais imaginée que ça serait plus au centre du film ! mais je n’ai pas du tout été déçue de cette différence 🙂
        Quant à Joel Edgerton, j’ai du le voir dans Stricly Criminal et dans Midnight Special et probablement dans les Stra Wars aussi, le reste de sa filmo ne me dit rien….
        zofia Articles récents…Les assassins de R. J. ElloryMy Profile

        • Audrey says:

          C’est sûr qu’on aurait pu s’attendre à quelque chose de plus procédurier, à un moment j’ai cru que le film allait basculer dans ce registre mais non… Enfin, je dis que je n’aime pas mais quand c’est bien fait, ça peut être intéressant !
          Cela dit, si tu veux approfondir le sujet des Loving, il faudra faire tes propres recherches du coup 😀

Laisser un commentaire

CommentLuv badge