Critique L’Or du chemin, Pauline de Préval

Encore un livre proposé par Babelio et que j’ai eu le plaisir de recevoir dans le cadre d’une masse critique privilégiée. Je trouvais le thème particulièrement prometteur mais j’avoue une chose : je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si court ! Du coup, j’ai éprouvé une sorte de frustration, j’aurais vraiment aimé suivre ce peintre de manière plus approfondie.

Résumé éditeur

L’or du chemin est l’histoire de Giovanni, un peintre imaginaire du début du XVe siècle, le fameux Quattrocento. Vivant dans la Florence enfiévrée qui découvre la Renaissance, proche de Brunelleschi, Masolino et Masaccio, il choisit de suivre une voie singulière, à une époque qui voit éclore une nouvelle vision de l’homme, comme une nouvelle conception de l’art avec l’arrivée au pouvoir des grandes familles de marchands et de banquiers. Roman initiatique, marqué par une quête spirituelle, sur fond d’histoire d’amour, il pose en filigrane la question du salut, s’il en est un : comment harmoniser le ciel et la terre ? Comment rendre l’homme meilleur ? Dans quelle mesure l’artiste peut-il y contribuer ? A quel prix ?

Bon, mon chat n’a pas trop aimé je crois.

Mon avis

Ce très court roman nous permet de suivre l’apprentissage et le cheminement d’un peintre florentin fictif. À la recherche du véritable sens de l’Art, ce dernier est un artiste accompli qui aura une vie chaotique, faites de recherches, de déceptions et de révélations. Trouver sa voie, donner de la vie à ses créations est un long parcours semé d’embûches, il en fera les frais.

C’est indéniable : l’auteure a parfaitement reconstitué cette époque historique si passionnante. A travers son personnage principal, on sent bien l’effervescence artistique mais on a également un bel aperçu du contexte politique, avec les grandes familles de Florence qui se tirent dans les pattes. Vous imaginez bien l’ambiance. Moi qui ne connait finalement pas grand chose à la Renaissance italienne ni aux problématiques liées à l’Art de l’époque (où le peintre devient un artiste à part entière), je me suis laissée embarquée… mais j’aurais voulu m’en mettre un peu plus sous la dent. Force est de constater que l’histoire avance finalement très vite, Giovanni passant très vite sur certaines époques. Difficile de s’immerger totalement. Difficile aussi de ne pas fermer ce roman en se posant la question du : pourquoi ? Quel est son sens ? Beaucoup de notions ont dû échapper à l’inculte que je suis et comme je n’ai pas été vraiment touchée par le protagoniste, j’en ressors un peu mitigée. Avec l’impression d’être passée à côté des motivations réelles de l’auteure.

Cependant, l’histoire d’amour entre Giovanni et Léonora, sa petite chérie d’enfance, est magnifiquement belle, qu’importe son issue. Je l’ai trouvé très romantique, très bien décrite et pleine de sensibilité.

En quelques mots,

L’or du chemin est un roman magnifiquement écrit. La plume est poétique, belle, précise, imagée. J’ai vraiment été séduite par le style de Pauline de Préval. Le contexte historique est bien rendu mais… je ne m’attendais pas vraiment à ça, d’où ma légère déception. Il faut quand même souligner que l’ouvrage, qui paraîtra fin janvier chez Albin Michel, offre une très belle promenade dans l’Italie du 15ème siècle.

6 comments

  1. A-Little-Bit-Dramatic says:

    Ah là là, mais qu’est-ce que c’est tentant, une chronique comme celle-là…En voyant la couverture, j’ai aussitôt pensé à la Renaissance et à la Florence des Médicis, une époque florissante et sans pareille… 😉 Je vais me noter ce roman quelque part parce que je suis d’ores et déjà persuadée qu’il me le faut et que je vais passer un bon moment… Je suis plutôt habituée à des biographies romancées de personnages ayant existé : de Vinci, Lippi, Botticelli, Le Caravage… Mais découvrir cette époque au travers d’une figure imaginaire et donc, totalement libre, me tente bien…
    Merci pour cette chronique ! ! 🙂
    A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…La Vérité à propos d’Alice ; Katherine WebbMy Profile

  2. Après l'averse says:

    Je note dans mes tablettes, ça a l’air passionnant (et ça me parle !). Par contre c’est toujours le même problème : c’est plus rapide de noter des références / trouver le livre que le finir 🙂 🙂

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.