Critique Loin de Berkley Hall, Coralie Khong-Pascaud

51ehzmawumlL’histoire

Angleterre, 1911
Alors que sa sœur cadette s’apprête à faire son entrée dans la bonne société à l’occasion du bal des débutantes, Lady Catherine Davenport sème le trouble sur le domaine familial de Berkley Hall en refusant de se marier.
Éprise de liberté et de reconnaissance, Lady Catherine se rapproche de Lydia, une femme de chambre au caractère bien trempé et qui a du mal à supporter sa condition de domestique.
Ensemble, elles vont décider d’un tout autre chemin…

Mon avis

J’ai lu ce roman durant mes vacances et je l’ai terminé il y a plus d’un mois. Si j’ai tant traîné pour écrire sa critique, c’est avant tout parce que je trouve l’exercice super délicat. Coralie Khong-Pascaud est une blogueuse que vous connaissez peut-être. Elle a toute une petite communauté autour d’elle et ma foi, j’ai toujours un peu peur de cette proximité. C’est bête, je sais, mais j’ai toujours peur qu’on interprète mal ce que j’écris, qu’on prenne mes critiques comme des attaques personnelles alors que je respecte toujours le travail des auteurs que je lis. Bref, mes craintes étaient à demie justifiées ici parce que quand même, globalement, mon avis sur ce roman est positif.

Remettons les choses dans leur contexte : il y a quelques temps, les éditions Charleston ont fait un appel à manuscrit et ont proposé à leurs lectrices d’écrire un roman  » hommage à la série Downton Abbey ». Aminata Sissoko a remporté le « concours » avec Les larmes de Cassidy. Loin de Berkley Hall est arrivé en seconde position.

Pourquoi j’ai aimé ?

Déjà, parce que j’ai apprécié les deux héroïnes principales, soit Lady Catherine Davenport et Lydia, sa femme de chambre. Catherine est un personnage attachant, une femme moderne dans l’Angleterre du 20ème siècle qui ne veut pas forcément convoler en justes noces. En bref, elle rêve d’indépendance alors que sa famille, qui aimerait bien la voir mariée, commence à faire légèrement pression pour qu’elle change d’avis. Lydia, de son côté, est également un personnage atypique. Au service des Davenport, elle s’amuse à dépeindre le « monde d’en haut » avec une plume aiguisée et sans concessions. Forcément, ces deux femmes, qui se complètent d’ailleurs très bien, vont s’allier pour se diriger vers un futur moins conventionnel. J’ai aimé leurs confrontations, leur alliance, leur dialogue. C’était frais et agréable à lire.

On ne peut d’ailleurs pas reprocher à Coralie Khong-Pascaud de ne pas savoir écrire. Moi qui aime les styles simples (mais pas dans le sens péjoratif du terme !), fluide, élégant, j’ai été charmée par sa manière de s’exprimer, sa plume s’accordant à merveille avec l’époque qu’elle dépeint. Les clins d’œil à Downton Abbey sont nombreux mais c’était aussi le but de l’affaire et quand on aime la série comme je l’aime, on ne peut qu’apprécier. L’auteur a réussi à retranscrire cette ambiance et les changements historiques et sociaux en marche, autant de détails qui font de ce roman, un roman agréable à découvrir.

Je finirais aussi en disant que j’aime beaucoup beaucoup la couverture. Elle est, en réalité, toute simple mais je la trouve vraiment belle et efficace !

Ce qui m’a dérangée

Si je ne me trompe pas, ce roman est un premier roman. Du coup, je lui ai trouvé quelques petites « maladresses » qui n’engagent que moi, bien évidemment. A quelques reprises, j’ai trouvé que l’histoire allait un peu vite et que des moments, qui étaient des moments clefs pour moi, étaient un peu trop rapidement amenés et traités. Peut-être parce que le roman est un peu court ? J’ai été également un peu chagrinée par le traitement d’un événement en particulier, un élément qui pèse beaucoup sur l’histoire mais dont le dénouement, presque « léger » m’a semblé presque en décalage avec l’importance dramatique qu’il avait eu tout au long du roman…

En bref,

Portée par une écriture élégante et par des personnages attachants, Loin de Berkley Hall est un roman agréable à lire même s’il n’est pas exempt de quelques petits défauts qui ont alerté la lectrice que je suis. Rien de bien grave en définitive ! J’espère que l’auteur compte continuer à écrire, je découvrirai ses prochains romans avec plaisir !

8 comments

  1. Les confidences de Jasmine says:

    J’étais trop contente de ce concours parce que j’adore Dowton abbey et j’adore lire des histoires dans ce genre.

    Même si ta critique était très bien, j’avoue que le côté négatif que tu développes risque de me crisper donc il ne vaut mieux pas que je me lance dedans. Par contre, j’attends avec impatience celui qui a gagné le premier prix 🙂

    • Audrey says:

      Oh je pense que tu devrais quand même tenter le coup 🙂
      Les points négatifs que j’évoque m’ont un peu marquée après ma lecture, quand je me suis mise à y repenser mais sur le moment, ce n’est pas non plus dérangeant !
      Oui je suis moi aussi curieuse de découvrir le premier prix !

    • Audrey says:

      Mais oui, c’est évident, ça ne pouvait pas être parfait parfait ! Et si ça ne l’est pas pour moi, ça ne veut pas dire que ça ne l’est pas pour les autres en plus ! 🙂

Laisser un commentaire

CommentLuv badge