Critique Little Heaven de Nick Cutter

Publié aux éditions Denoël le 1er novembre 2018 et traduit en français par Eric Fontaine, Little Heaven est un roman écrit par Nick Cutter.

Résumé éditeur

Le passé est un molosse qui vous poursuit à travers champs et collines, tenaillé par une faim dévorante, vous pistant jusqu’à ce que, une nuit, vous l’entendiez gratter à la porte. Le mal ne meurt jamais ; il sommeille.
Parlez-en à Minerva, à Micah et à Ebenezer, chasseurs de primes, mercenaires dans l’âme mais aux dons inégaux. La première fois qu’ils font équipe, en 1966, c’est pour retrouver un enfant qui a été enlevé par une secte obscure œuvrant au Nouveau-Mexique, dans un endroit nommé Little Heaven. C’est là que le révérend Amos, qui reçoit ses ordres de Dieu directement, rassemble ses fidèles pour un culte des plus sombres.
Quinze ans plus tard, la fille de Micah est enlevée, et le trio devra s’armer pour le débarquement de l’Enfer à Little Heaven.

Mon avis

Parler de Little Heaven est, à mon sens, très difficile car il s’agit d’un roman très long (600 pages) et très dense, en plus d’être un roman assez difficile à catégoriser. C’est vrai. Dans cette histoire, on est à la fois dans l’horreur et dans le fantastique mais il y a un petit côté western également. De plus, l’auteur ne nous livre pas une trame linéaire (ce serait trop simple) mais bel et bien une histoire composée de différentes parties qui nous ramènent en arrière, un peu moins en arrière puis à un présent tout aussi sombre que les fashbacks qui l’ont précédé. La construction, sans être hyper originale, est terriblement intéressante car elle nous permet de rencontrer le trio central à différentes époques et ainsi, de mieux comprendre leurs relations et surtout, l’origine de la chape de plomb qui semble peser sur leurs épaules.

Je ne peux le nier : dès que j’ai ouvert ce livre, j’ai su qu’il me plairait. Dès les premières pages, j’ai été happée par son histoire étrange, par l’angoisse qui transpirait des lignes mais également par la qualité de l’écriture qui, tout en étant simple, est suffisamment évocatrice pour nous (au choix) : stresser/mettre mal à l’aise/effrayer. Certaines scènes sont particulièrement marquantes comme celle du serpent, celle des enfants ou celle dans l’école abandonnée. Quand le trio débarque à Little Heaven, également, car il y a quelque chose de vraiment glaçant dans la description du lieu.

D’ailleurs, pour parler de cette petite bande, je ne tarirai pas d’éloges : j’ai beaucoup aimé ces trois personnages, leurs histoires personnelles mais également leur histoire commune. J’ai adoré leur rencontre et leurs interactions. Aucun n’est vraiment sympathique mais ils sont finalement très attachants et il y aurait beaucoup à dire sur eux.

On pourrait aussi écrire beaucoup sur la communauté de Little Heaven, avec ce gourou qui ressemble à Elvis, la bêtise effrayée des disciples et ce qui se trame dans la forêt, la nuit. Tout cela vous pose un décor assez particulier et vous fait vous interroger sur le Mal avec un grand M. Mais lequel est le pire ? Le petit village semblait être un refuge contre les horreurs qui se passent dans la forêt mais n’est-il finalement pas un autre piège pour nos protagonistes ?

Malgré toutes ces qualités, mon intérêt est quelque peu retombé dans la dernière partie. Pourquoi ? Je ne sais pas trop. Peut-être parce que le fantastique a finalement pris une part importante et que ce n’est pas forcément ma tasse de thé. Peut-être aussi parce qu’à mes yeux, l’histoire est un peu trop longue. Il y a certains passages qui, sans m’ennuyer, m’ont moins captivée et je suis convaincue qu’avec une centaine de pages en moins, l’intrigue aussi été plus efficace encore.

À savoir que ce roman est également ponctué de quelques illustrations en noir et blanc qui reprennent certaines scènes clés de l’intrigue. Il y a aussi un portrait de notre trio en début de roman. Cela peut paraitre anecdotique à certains mais moi, j’ai beaucoup aimé le principe.

En quelques mots,

Little Heaven est un roman sombre. Étrange. Prenant. Parfois violent. Souvent flippant. Avec un côté franchement cauchemardesque que j’ai beaucoup aimé. Il est aussi fort de scènes vraiment réussies, de personnages principaux et secondaires intéressants, d’une intrigue intelligemment menée sur plusieurs époques. J’ai malheureusement un peu décroché en cours de route. Je reste malgré tout ravie de ma lecture et ravie d’avoir découvert un auteur à la plume très visuelle.

12 comments

  1. Audrey says:

    Quand j’ai lu son résumé, j’ai tout de suite été intriguée et ton avis me laisse espérer un bon moment de lecture malgré son nombre de pages un peu trop long. Je ne savais pas pour les illustrations et comme pour toi, c’est un petit détail qui me plaît beaucoup.

    • Audrey says:

      Oui, même s’il y en a très peu finalement, elles apportent un petit plus très sympa ! J’ai lu d’autres critiques qui allaient dans mon sens (et qui disaient qu’un peu plus court aurait été aussi bien, si ce n’est mieux) et d’autres qui avaient adoré de a à z donc… à toi de te faire ton propre avis sur la question 🙂

  2. A-Little-Bit-Dramatic says:

    J’adore la couverture de ce roman ! Elle est très belle et donne un assez bon aperçu (je pense) de ce qu’on peut y trouver dedans… 😉

    Contente de voir que ce roman t’a plu ! Il est vrai que le résumé est hyper tentant et pourtant, je ne lis pas ce genre de romans… je n’aime pas spécialement me faire peur donc je ne sais pas si ce roman serait fait pour moi mais pourquoi pas ? Un jour, peut-être…

    En attendant, je vais essayer de terminer le huitième tome de Outlander… Ca traîne, ça traîne… 😀 Beau weekend et belles lectures !
    A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…La Bourbonnaise ; Catherine Hermary-VieilleMy Profile

    • Audrey says:

      Oui la couverture est belle 🙂 Très intrigante en tous cas ! Cette fois encore, je ne pense pas que ce soit une lecture bien en accord avec tes goûts. En ce moment, je lis surtout des thrillers, j’en ai peur ! 🙁
      Il faut vraiment que je passe sur ton blog 🙂

  3. NovaBaby says:

    Je ne lis pas d’horreur car je suis vraiment froussarde, mais le mélange des genres et ce que tu en dis me tente bien. Même si tu as moins aimé la fin. Je pense que je vais voir pour l’emprunter, merci pour la découverte en tout cas !

    • Audrey says:

      Il est parfois un peu gore, attention 🙂 Moi je suis habituée, je trouve que « ce n’est pas grand chose » mais si on est un peu sensible, on peut vite être un peu « tendu ».

    • Audrey says:

      Oui c’est vrai que le nombre de pages est important et que l’action ne peut pas être intense 100 % du temps. J’avoue aussi que je manque de temps pour lire en ce moment et que j’ai étalé cette lecture sur presque 15 jours, ce qui n’aide pas. J’aime lire les livres « vite » pour rester dans l’histoire, chose que je n’ai pas forcément pu faire dans ce cas là.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge