Critique L’instant présent, Guillaume Musso

pho115e60b6-b8f3-11e4-98a6-58ff111f24ca-254x399Résumé éditeur

Lisa et Arthur n’ont ne peuvent se voir qu’une fois par an. Elle rêve de devenir comédienne, il est médecin urgentiste. Leur histoire d’amour part sur les chapeaux de roue mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Arthur est « l’homme qui disparait ». Et quand on est en couple avec Arthur, le Temps est le premier ennemi, le premier obstacle à une relation.

Mon avis

[J’ai essayé de ne pas trop en dire donc cet avis est sans spoiler mais pourrait, peut-être, vous donner des indices quant à l’histoire et à sa résolution. Si vous avez prévu de lire ce livre prochainement, ne lisez pas forcément la suite !].

La dernière fois que j’ai lu un Musso, je vous ai plus ou moins dit : plus jamais ! Il ne s’agit évidemment pas de manquer de respect à l’auteur et encore moins à ses fans mais il y a des choses qui ne se commandent pas : Musso, je ne peux pas. Je trouve toujours des bémols à ses histoires, je craque rarement sur ses personnages et en plus, je n’apprécie pas vraiment sa plume même si on ne peut pas lui reprocher d’être désagréable à lire pour autant.

Et puis me revoilà avec du Musso. Normal. Logique. C’est tout moi ça ! Il faut croire que je persiste malgré mes réticences et dieu sait que j’en ai également eu en lisant ce roman [toujours une histoire de personnages, de style, et puis je n’aime généralement pas la manière dont Musso traite ses histoires d’amour]. Roman que j’ai quand même largement préféré à Central Park.

Je vous explique pourquoi je l’ai lu ?

Il y a environ deux semaines, mon cher et tendre a fêté ses trente ans et je me suis engagée à faire à manger pour un peu plus d’un quinzaine de personnes. Rien de bien sorcier, mais quand même six heures en cuisine. 6 heures pendant lesquelles j’ai jonglé entre les saladiers, pendant lesquelles j’ai utilisé des kilos de farine, pas mal de sucre, du chocolat, des fromages divers et variés (bon, pas tout dans le même plat, je vous rassure !). 6 heures pendant lesquelles j’ai écouté… un audiobook !

Et cet audiobook, c’était L’instant présent.

C’est super dur de vous parler d’un roman dont on a à peu près apprécié le contenu mais dont on a vraiment pas aimé la fin… sans dévoiler cette fameuse fin. Dans ce roman, le ton est donné très rapidement : nous sommes entre le thriller et le fantastique. Il y a une histoire de phare, de générations, de disparitions, de temps qui passe et de la nécessité de vivre l’instant présent, surtout quand on ne peut pas faire autrement. Beaucoup de péripéties aussi et ce, sur 24 ans. Beaucoup de références culturelles, historiques, voire même politiques pour nous permettre d’identifier ce fameux temps qui passe… Du suspens…et pas mal de questions, forcément ! Je ne peux pas dire que je n’ai pas été intéressée par l’histoire. Je voulais en connaître la fin. Et le concept de base était plutôt intéressant.

Mais le final fut terriblement décevant.

Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que ce final, que certains trouveront peut-être astucieux malgré tout, ne vient pas titiller notre mémoire de l’histoire. En le découvrant, tu n’as pas envie de reprendre ton livre depuis le début et de noter tous les indices laissés par l’auteur. Non, tu comprends rapidement que l’histoire que tu viens de lire s’en trouve plus ou moins annulée… et ça, c’est dommage.

Est-ce que j’en ai déjà trop dit ? Peut-être.

Le fait est que je me suis sentie un peu roulée par l’auteur. Je n’irais pas jusqu’à dire que cette fin est une fin « facile » car cela serait se foutre de la gueule du monde et nier le travail de Guillaume Musso mais, si je ne m’attendais absolument pas à ça, je n’en reste pas moins tristement surprise par ce choix.

Mais je suis certaine que les fans de l’auteur en sortiront ravis.

111930292_o

5 comments

  1. sanasan says:

    Une des raisons pour lesquelles j’apprécie ton blog est ta façon de dire d’un roman que tu ne l’aimes pas… Ce sont des raisons personnelles, propre à toi et qui n’ont rien à voir avec le talent de l’auteur. Tu trouves toujours les mots justes en prenant bien soin de ne pas trucider le travail et l’oeuvre dudit auteur. En ça je ne peux que te féliciter. Bien sur qu’un roman peut-être très bien écrit, bien sur qu’il peut plaire au plus grand nombres, mais pour des raisons de goûts, d’empathie, ou que sais-je il peut ne pas nous transporter.

    Pour en revenir à ce qui m’intéressait dans ton article… 6h en cuisine !! Tu as dû t’éclater 😉 et j’ai adoré ta façon d’amener ça !! 🙂
    sanasan Articles récents…L’amant des hautes-mers d’Agathe KerlanMy Profile

    • Audrey says:

      Ouiiii j’ai fait notamment plein de gâteaux ! 😀 Et le plus beau dans l’histoire, c’est que je n’ai RIEN raté ! 😀 Franchement au début j’étais contente d’avoir plein de trucs à préparer mais au bout de 6 heures debout, j’en avais surtout plein les pattes !! Et le pire dans l’histoire c’est qu’après 3 heures de repos dans le canapé, je me suis transformée en serveuse pour nourrir et hydrater tout ce petit monde… ^^

      Merci pour tes compliments sanasan ! 🙂
      J’essaie en effet de ne pas oublier qu’il y a un humain derrière le livre et quand j’ai envie d’être bête et méchante dans mes critiques, je me dis toujours « Ben ma petite Audrey, est-ce que tu ferais autant ta maligne si tu avais tel ou tel auteur en face de toi ? ». La ‘réponse est souvent : NON ! bien sûr ! ^^

      Et d’un autre côté, je ne me vois pas mentir et écrire une critique vite fait en disant que j’ai beaucoup aimé, juste pour être dans la tendance générale !

      Je suis totalement insensible aux histoires écrites par Guillaume Musso, je crois que je ne suis pas la seule mais je sais qu’il y a aussi beaucoup de gens qui aiment… Qui suis-je pour dire que c’est de la mauvaise littérature ? C’est juste que ça correspond absoluuuuuument pas à mes goûts.

  2. Zofia says:

    Waouh 6 heures de cuisine ! bravo !
    Pour moi, contrairement à toi, je crois que je ne lirais plus de Musso, ça ne passe pas à chaque fois, même si au départ je me dis « oh ça a l’air cool »…
    Par contre, je voudrais bien ton avis sur l’audiobook, c’est bien ? je n’ai jamais testé car j’ai peur de pas bien retenir l’histoire…
    Zofia Articles récents…La compagnie des menteurs, déstockag de PAL en duoMy Profile

Laisser un commentaire

CommentLuv badge