Critique Libre et assoupi

Sortie : le 7 mai 2014

C’est un peu par hasard que je suis allée voir Libre et assoupi. Il faut dire que niveau choix de séances, c’est toujours la grosse galère et il est hors de question que je laisse passer une semaine sans aller au moins une fois au ciné. A mes yeux, ce film est une jolie et bonne surprise. Je m’attendais à un film basique, sans beaucoup d’intérêt, un peu drôle et un peu bâclé. Au final, j’ai vu un petit film, certes, mais un film charmant et beaucoup plus intéressant, question contenu, que je n’aurais pu le penser (notamment parce que je n’avais pas lu des critiques super positives).

Libre et assoupi nous raconte l’histoire de Sébastien. A 29 ans, ce multi-diplômé (oui, il aime apprendre) a pour seul horizon son canapé et le plafond au dessus de son lit. Son activité favorite ? Le glandouillage bien sûr ! Ses nouveaux colocs, Anna et Bruno (qui enchainent les stages et les petits boulots mal payés), vont tenter de pousser ce rêveur vers l’action. En vain. Ou presque.

Impossible de ne pas lier le personnage de Sébastien (un véritable anti-héros) à la célèbre citation de Boris Vian « Je ne veux pas gagner ma vie, je l’ai ». Pas d’ambition professionnelle, pas de plans sur la comète, ni envie de mariage ou d’enfants, Sébastien passer son temps à lire, à regarder des films et à acheter des Pépito pour les manger dans le parc. La vie rêvée quoi. Comédie sociale très moderne, Libre et assoupi parle de cette fameuse génération Y coincée entre ses rêves de liberté et les problèmes prosaïques de la vie quotidienne (genre comment arriver à payer son loyer).

Le rapport au travail, l’indépendance financière, les pressions sociales (il faut réussir dans la vie mais avant, on veut que t’en chie !)… sont autant de choses qui ne concernent pas Sébastien, de moins en moins compris par son entourage. En restant oisif, il leur renvoie leur propre image, celles de personnes qui galèrent plutôt que de profiter de la vie.  En mettant en scène un personnage aux réactions disproportionnées, le film nous pose plus ou moins la question du sens de notre existence. Faut-il travailler pour vivre ou vivre pour travailler ? (et vivre sans travailler, c’est possible sans se mettre tout le monde à dos ?).

J’ai lu que ce film était mal foutu, bordélique, trop illustratif… Mais rien de tout ça ne m’a marquée durant la séance de ciné. Bien sûr, Libre est assoupi n’est pas extrêmement original. Bien sûr, il est très simple. Mais il m’a plu, il m’a parlé, il m’a fait rire et sourire. J’ai passé un très bon moment et j’ai apprécié sa fantaisie, sa bonne humeur et surtout la fraîcheur du trio de jeunes comédiens. Le rythme est là, on ne s’ennuie pas et en conseiller de Pôle Emploi, Denis Podalydès fait des merveilles. En plus, on évite le cliché romantique souvent inhérent à ce genre de comédies françaises… Bref, je n’ai rien à redire.

8 comments

  1. Lujena says:

    Ce film est tiré d’un roman, normalement jeunesse, mais genre grand ado-adulte. Et il est juste… illisible. On l’avait eu dans un comité de lecture, personne, parmi 6 lecteurs/lectrices, n’ont pu le lire ! Du coup je me méfiais du film ^^’ Mais… Limite tu me donne envie d’essayer de voir le film! 🙂

    • Audrey says:

      Ah ouais ? Je l’ai acheté malgré tout, je verrai bien ce que ça donne ! Mais je me doute que ce n’est pas un grand roman.

    • Audrey says:

      C’est loin d’être un grand film pour autant hein. Tu pourrais trouver mieux je pense. Surtout que la plupart des critiques sont plus négatives que la mienne.

    • Audrey says:

      Oui certes ! Je ne veux pas renier que j’ai passé un très bon moment devant ce film mais c’est aussi parce que j’en attendais absolument rien. Des fois je suis très bon public et parfois, je deviens une vraie garce… tout dépend de ce que j’en attends !
      Là en tous cas, j’ai vraiment hate de voir le dernier Dardenne avec Marion Cotillard. Il sort le 21 mai comme tu le sais certainement… j’espère ne pas être déçue !

  2. Aurore says:

    J’ai préféré lire ta critique que de voir le film. Je l’ai trouvé trop paresseux, mais à la différence de toi, je l’attendais vraiment avec impaticen !!

    • Audrey says:

      Oui voilà. Comme on disait sur ton blog, le jugement d’un film dépend presque totalement de ce qu’on en attendait. Moi personnellement, je n’en avais entendu parler nulle part (faut dire que je n’écoute pas la radio, je ne lis pas la presse ciné et que les émissions de ciné à la télé se font rare). Donc je ne savais pas du tout sur quoi j’allais tomber !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.