Critique L’Homme irrationnel, Woody Allen

L’Homme irrationnel est sorti hier, soit le 14 octobre, et j’avais, comme chaque année, bien envie de voir le nouveau film de notre bon vieux Woody. Même si ça m’embête pas mal de le dire, je ne l’ai pas trouvé bon. Pire. Je me suis ennuyée.

l-homme-irrationnel-photo-55425b636df92

L’histoire

Cette fois, Allen nous raconte l’histoire d’Abe Lucas, un professeur de philo déprimé, alcoolique, bedonnant et impuissant depuis un an. Cynique, il n’aime pas la vie, n’y trouve aucun sens et se complait dans sa mélancolie. Il va tenter de retrouver le goût de vivre en commettant un acte répréhensible mais qu’il considère comme juste et légitime.

maxresdefaultMon avis

Woody Allen nous a déjà raconté des histoires parlant de crimes, notamment dans l’excellent Match Point. Cette fois, c’est un prof en souffrance qui est en ligne de mire. Entouré par deux femmes qui l’adulent, l’élève Jill et la prof Rita, il va se retrouver au cœur d’un triangle amoureux. Je vous passe les détails que vous découvriez peut-être en allant le voir mais à cette dimension « romantique » s’ajoute une bonne pincée de thriller.

Là où le bât blesse, c’est que l’histoire ne fonctionne pas. J’ai trouvé le scénario franchement désinvolte, plein d’incohérences… et souvent bancal. Tout commence en effet avec une conversation épiée dans un café, une scène que j’ai trouvé vraiment débile et arrivée comme un cheveu sur la soupe !

A côté de ces facilités scénaristiques (le film file droit car Woody sait où il veut aller, quitte à enfoncer quelques portes au passage), il y a trop de dialogues explicatifs. On sait que les films de Woody sont des films bavards. Des films très écrits. Des films où il faut être au taquet pour bien saisir la vivacité des dialogues. Dans L’homme irrationnel, je n’ai pas ressenti l’humour habituel du réalisateur. J’ai donc trouvé les échanges beaucoup plus lourds et donc, beaucoup plus longs.

Joaquin Phoenix ne m’a pas ébloui dans ce rôle, et j’ai finalement eu du mal à supporter les mimiques d’Emma Stone. De plus, leur couple ne fonctionne pas vraiment… on n’y croit pas. Je n’ai ressenti aucune alchimie entre les acteurs.

Bon, je reconnais que la pirouette finale est sympathique et que les images sont très belles. L’université, le bord de mer, même l’intérieur des maisons… j’ai vraiment été charmée par la beauté des décors et par la belle lumière qui baigne le tout. Woody a toujours l’œil pour nous offrir de belles scènes.

l-homme-irrationnel-de-woody-allen-avec-joaquin-phoenix_5444823

Pour conclure

Woody Allen nous livre un film à mon sens franchement fade, plat, sans charme. Je lui reproche un manque total d’originalité et je ne vois pas trop quoi en dire de plus. Les critiques semblent se délecter de ce film « sombre et cynique » mais je n’ai pas été spécialement captivée… Si ça n’avait pas été un Woody Allen, j’aurais sans doute été plus dure encore.

7 comments

    • Audrey says:

      D’habitude j’aime bien cette actrice pour ma part ! Mais là, je ne l’ai pas appréciée… en effet, très agaçante ! Hâte de lire plus en détails ta critique !

    • Audrey says:

      Celui de l’année dernière m’avait à moitié convaincue mais par rapport à celui de cette année, il est vraiment meilleur ! Donc quitte à faire un choix…

    • Audrey says:

      Pour moi c’est un petit Woody Allen… il faut dire que je n’ai pas trop accroché à ses films depuis Blue Jasmine…. mais je ne désespère pas !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge