Critique Les Huit Salopards, Quentin Tarantino

KR_JJL_8-salopards

Sortie : 06 janvier 2016

Pour moi, la sortie d’un nouveau Tarantino est toujours un évènement. Il y a ceux que j’adore, comme Pulp Fiction, Reservoir dogs ou Death Proof et ceux que j’aime moins comme Inglourious Basterds (que j’avais trouvé interminable).

Dans quelle catégorie vais-je ranger Les 8 salopards ? Déception ou adoration ?

Résumé

Nous sommes quelques années après la Guerre de Sécession. John Ruth, dit Le Bourreau, conduit une femme, Daisy, jusqu’à Red Rock où elle sera pendue. En route, ils rencontrent le Major Marquis Warren, un ancien soldat lui aussi devenu chasseur de primes et Chris Mannix, lui aussi en route pour Red Rock. Et pour cause : il en sera le nouveau shérif. Fatiguée par un blizzard terrible, toute notre petite bande trouve refuge chez Winnie, une auberge au milieu des montagnes. Si la tenancière est bizarrement absente, 4 hommes étranges sont déjà sur place : le confédéré, le mexicain, le cowboy et le court-sur-pattes.

vf_tarantino_slider_1037.jpeg_north_562x_white

Mon avis

Les détracteurs de Tarantino disent souvent « ohlala, mais ses films sont toujours trop violents c’est choquant ! ». La plupart du temps, j’en envie de leur dire : non, pas tant que ça. Souvent, la violence est un peu décalée (comme dans Kill Bill) ce qui la rend moins réelle et moins dure (du moins à mes yeux). Je ne pense pas m’amollir avec l’âge et je n’ai pas été perturbée par Les 8 salopards mais j’ai trouvé que la violence y était frontale et sans concession. Moins burlesque que d’habitude, je trouve. Elle n’est pas présente tout au long du film (je rassure les âmes sensibles) mais quand Tarantino y va, il y va le bougre !

Si vous connaissez les films de Quentin (pour les intimes), vous savez également que les dialogues y ont une grande importance. Quel que soit le film, les personnages papotent beaucoup entre eux. Parfois sérieusement, mais souvent de sujets bidons. Nos 8 salopards vont BEAUCOUP parler dans ce film qui a la particularité d’être un huis clos (à part la longue scène de rencontre dans la neige, au début du film).

D’habitude, les dialogues chez Tarantino me font vraiment marrer, je les adore. Ceux de Pulp Fiction resteront cultes. Dans Les 8 salopards, j’ai juste trouvé qu’ils plombaient le film. Certes, il y a quelques touches d’humour mais presque 2h50 de huis clos, même avec Tarantino, c’est long, très très long. J’aurais bien supprimé une bonne demie heure à tout ça.

561x360_kurt-russell-jennifer-jason-leigh-8-salopardsMalgré ces bémols, il y a quand même pas mal de bons points dans Les 8 salopards.

Le casting, bien entendu ! J’ai beaucoup aimé Samuel Lee Jackson qui est excellent, comme toujours. Kurt Russel, dans le rôle du bourreau, Tim Roth, Michael Madsen… que des « anciens » déjà vus dans l’univers du Tarantino. Je ne connaissais pas du tout (je crois) l’actrice qui joue la prisonnière, soit Jennifer Jason Leigh, mais je l’ai trouvée super crédible (et complètement tarée, il faut bien le dire), même si elle passe quand même les 3/4 du film à en prendre plein la gueule.

La réalisation reste bien évidemment admirable, hyper soignée, les images sont belles et on trouve bien évidemment de très bonnes/belles scènes. J’aime bien les westerns mais je n’ai pas assez de connaissances et un œil pas assez vif pour saisir toutes les références que Tarantino, ce cinéphile totalement dingue, a pu mettre dans son nouveau long métrage.

A savoir :

  • ce film est tourné en Ultra Panavision 70 mm, un format panoramique employé pour la dernière fois en 1966.
  • la BO a été faite par Ennio Morricone.

hateful-eight-sappellera-les-8-salopards-en-vf_2

En bref,

Les 8 salopards ne fera pas partie de mes Tarantino préférés. Tout simplement parce qu’il est trop long. J’ai aimé ce huis clos, cette tension et le suspens m’a tenue en haleine jusqu’à la fin mais je n’aime pas les films qui trainent en longueur, même chez l’un de mes réalisateurs préférés. C’est un fait. Je pense néanmoins que le film a les qualités pour surprendre et convaincre les fans du réalisateur et les amateurs de l’univers western.

10 comments

  1. sanasan says:

    Jennifer Jason Leigh est une actrice que j’ai découvert dans Washington Square (avec Ben Chaplin) tiré du roman de Henry James. Je l’avais beaucoup aimé dans ce film. Et beaucoup moins dans Jeune fille partagerait appartement (surement à cause de son rôle de psychopathe). J’aime l’univers loufoque de Tarantino tout comme toi mais je dois avouer que celui-ci ne m’attire pas plus que ça. Probablement parce que c’est un Western (j’adore en roman mais en film je crains d’avoir fait une overdose, quand j’étais petite TOUS les mardis je regardais la dernière séance avec ma mère).
    sanasan Articles récents…La Belle du Mississippi de Rosemary RogersMy Profile

  2. Zofia says:

    Mais tu l’as déjà vu !! chanceuse 🙂

    Je suis perplexe en ce qui concerne Jennifer Jason Leigh… bon à priori le western n’est pas mon genre préféré mais j’irais le voir quand même tu t’en doutes, justement parce que c’est Tarantino !!
    Zofia Articles récents…2016 !My Profile

  3. Aurore says:

    Les critiques sont assez chargines. Pour ma part je suis d’accord avec tous les points positifs soulevés. Par contre j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup d’humour dans les dialogues !
    Je l’ai vraiment beaucoup aimé ce Tarantino !

    • Audrey says:

      Je suis fan de Tarantino depuis de très très longues années et j’aime beaucoup l’homme qu’il a l’air d’être car il est totalement dingue (dans le bon sens du terme). Peut être que je l’aime tellement que j’attends trop de lui. Quand j’ai une grande estime des artistes ou des gens dans la vraie vie, je mets toujours la barre super haut.

      Je ne suis donc pas spécialement heureuse de dire que je n’ai pas trop accroché à son dernier film et je ne suis pas tatillonne par plaisir. Mais oui, je l’ai trouvé trop long. Certes, l’humour est toujours présent mais à mes yeux, moins que dans certains.
      En sortant de Django j’étais heureuse et je n’avais qu’une envie : le revoir tout de suite !
      Mais cette fois, ce n’est pas le cas.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.