Critique Les heures souterraines, de Delphine de Vigan

Note : 4/5

Le résumé : Dans ce roman, Delphine de Vigan a voulu parler de la violence silencieuse de la ville et du monde de l’entreprise qui broient les humains et les transforment en petites machines de guerre, ou en créatures faibles, méprisées de tous. Les heures souterraines raconte, en parralèle, la vie de Mathilde et celle de Thibault, deux êtres cassés par une existence difficile et par les problèmes du quotidien. Veuve de 40 ans, Mathilde vit avec ses trois garçons et subit depuis près de 9 mois le harcèlement moral que lui impose son patron et qui a contaminé toute l’entreprise. Mise à l’écart, reléguée dans un bureau sans fenêtres près des toilettes, Mathilde est trop fatiguée pour réagir. Dans un autre monde, il y a Thibault, un médecin qui bosse dans les urgences à domicile. Tous les jours, il passe d’appartement en appartement, découvre la vie des gens de l’intérieur, frôle la misère humaine et le désastre ambiant. Il vient de quitter Lila, celle qui l’aimait plus que tout mais qui restait indifférente à son besoin d’amour.

Ce que j’ai aimé : Les heures souterraines est le 5ème roman de Delphine de Vigan, une auteur qui est sur le point de devenir ma petite préférée entre tous. Il faut dire qu’à chaque lecture, je ne peux que louer son style, sa sensibilité et la beauté des histoires qu’elle nous raconte, pourtant si simples à première vue. Les heures souterraines ne déroge pas à la règle et m’a vraiment permis de passer un bon moment. Pour preuve, j’ai lu le bouquin en quelques jours seulement et encore, j’aurais pu être plus rapide si… j’étais en vacances !

Comme toujours le ton est juste. Les mots sont bien choisis, jamais là par hasard. Ils appuient là où ça fait mal, nous rappellent à quel point la répétition a une place prépondérante dans nos vies. Tous les matins, les mêmes gestes, le même chemin, le même métro, le même trajet… Les heures souterraines est un roman de l’intime, un roman de la sensibilité, de l’humanité qu’on perd ou qu’on retrouve, ça dépend des moments.

Comment rester indifférents à ces deux personnages ? Dès les premières pages, une véritable empathie se créé et on ne peut que s’inquiéter pour eux et on espère que tout s’arrangera…et pas trop tard, si possible. J’ai également beaucoup aimé les descriptions urbaines, cette impression d’oppression, cet enchevêtrement de vies parallèles qui jamais ne se croisent dans ce labyrinthe qu’est la ville…

Ce que je n’ai pas aimé : J’aurais aimé qu’il soit plus long ! J’ai néanmoins trouvé qu’il existait un certain déséquilibre entre Mathilde et Thibault, l’auteur consacrant moins de pages à ce dernier. Qu’importe, c’était Mathilde que je préférais.

En bref : Les heures souterraines est un roman sombre. Souvent dur, triste, amer. Mais tellement prenant, tellement intense qu’on ne peut que se laisser happer par les pages qui s’enchaînent dans une fluidité parfaite.

2 comments

  1. auroreinparis says:

    Je l’ai terminé il y a quelques heures et c’était mon premier de l’auteur. Elle a un vrai talent, une vraie patte d’écriture. J’ai été extrêmement émue, plus par Mathilde également, trouvant Thibaut moins touchant, plus pathétique aussi. Mais c’est une belle lecture bien que trop rapide !

  2. petiteconne says:

    Si tu aimes son style, je te conseille de passer à No et moi, sans doute son roman le plus connu. Peut-être avais tu vu le film quand il est sorti ? Contente que t’aies été séduite en tous cas, c’est vraiment l’une de mes auteurs préférés <3

    Pour ma part, j'ai encore Les jolis garçons et Un soir de Décembre qui m'attendent!

Laisser un commentaire

CommentLuv badge