Critique L’enfance du mal

Sortie :12/05/2010

Note :2.5/5

Le résumé : Céline a à peine quinze ans. Fille à problèmes, elle fuit le domicile de ses tuteurs et s’est clandestinement installée dans la dépendance d’une maison bourgeoise. Les propriétaires, le juge Van Eyck et sa femme finissent par la trouver et la ramènent chez eux. Les jours suivant, elle sera encore et encore de retour dans leur quotidien, toujours plus présente, toujours plus intrusive…Les Van Eyck ne se doutent encore pour rien mais ce n’est pas par hasard que Céline s’est incrustée dans leur vie…

Ce que j’ai aimé : Bien que certaines scènes soient extérieures, L’enfance du mal fonctionne comme un film à huis clos. Cette grande demeure très chic abrite des personnages troubles qu’on croit cerner et qui nous emmène sans cesse ailleurs, sur une autre route. Ambigus, avec des parts d’ombre a priori insoupçonnables. Ce « vieux » couple qui vit une vie routinière voit son existence être bouleversée par l’arrivée de Céline, une ado qui ment comme elle respire et qui a une idée derrière la tête, comme on l’apprendra bien vite. C’est intense, malsain, tendu et très ambigu, notamment entre la jeune Céline et le juge qui l’héberge. Si le contenu tient la route, les décors ont également une place importante dans l’histoire et mettent en avant des différences sociales qui ont leur rôle à jouer dans l’intrigue, mais également au niveau des rapports entre les différents personnages.

Ce que je n’ai pas aimé : Sans oser dire que ce film est un peu trop théâtralisé, j’ai trouvé que les dialogues étaient globalement trop bien écrits, dans le sens où ils n’ont plus grand-chose de spontané. Du coup, les échanges entre les personnages ont un côté artificiel qui m’a un peu dérangé. Pour le reste, j’ai quand même trouvé l’histoire un brin banale et l’ambiance tendue et un peu malsaine m’a rappelé bien des films, dont certains longs métrages de Claude Chabrol (ce qui n’est évidemment pas un défaut). J’avoue, je me suis un peu ennuyée car il ne se passe pas grand-chose, ajouté au fait que la dernière scène (ou devrais-je dire, la dernière action) ne m’a pas semblé être indispensable au film…).

En bref : L’enfance du mal m’a semblé être un film à la réalisation et à l’ambiance très maitrisées. Le tout ne m’a quand même pas passionnée, mais c’est purement subjectif je pense.

This entry was posted in A voir.

One comment

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.