Critique Le Passé

Sortie : 17 mai 2013

Comme vous le savez peut-être, Le passé est un film qui est actuellement en compétition à Cannes. Si j’avais trouvé la bande annonce un brin pesante, j’ai quand même trainé mon petit corps jusqu’à la salle obscure histoire d’en savoir plus. Il faut dire que j’étais quand même un peu curieuse car les quelques images que j’avais pu voir avec quelque chose d’intriguant.

Pour faire simple, Le passé raconte l’histoire d’Ahmad. Ahmad arrive tout droit de Téhéran, où il habite à présent, pour terminer la procédure de divorce qu’il a entamé avec Marie, son ex. Séparés depuis quatre ans, ils n’ont pas eu d’enfants ensemble mais Ahmad a bien connu Léa et Lucie, les deux enfants que Marie avait eu lors d’une première union. Durant son séjour, Ahmad va vite découvrir que Marie, à présent en couple avec Samir, se heurte quotidiennement à l’hostilité de Lucie, une adolescente agressive et déprimée. Patient, il va finir par lever le voile sur un secret du passé particulièrement pesant pour la petite famille.

A première vue, Le passé nous raconte une histoire plutôt banale, celle d’une famille recomposée et surtout, l’histoire de deux couples : celui que Marie a formé avec Ahmad et celui qu’elle forme avec Samir. Bien entendu, la cohabitation forcée des deux hommes apporte une tension supplémentaire au film car l’ex et l’actuel ne sont pas forcément hyper heureux de devoir partager la même maison.

On ne saura finalement pas grand-chose du couple Ahmad-Marie mais on se doute que les choses ont vraiment mal terminé. Difficile également de tout comprendre au sujet du couple Marie-Samir car leur relation est parasitée par d’autres personnes : Lucie, qui n’apprécie pas du tout leur relation et la femme de Samir, Céline. Mais derrière ce qu’on imagine ou ce qu’on croit avoir compris, les choses sont pires encore.

Très sobre, Le passé est un film d’une grande humanité où la psychologie des personnages prime sur les effets de style ou la musique qui est d’ailleurs quasi inexistante. Bien écrit, plein de tension, il repose également sur le talent des différents  acteurs qui incarnent des personnages jamais tout blanc ou tout noir. Du coup, le tout est difficile à cerner, difficile à expliquer, les rapports humains sont enchevêtrés, pleins de non-dits qui étouffent les relations, récentes ou plus anciennes. En somme, les erreurs du passé remontent à la surface et ont une incidence directe sur le présent et le futur des différents personnages.

Il faut souligner que le film est assez long, plus de 2h, mais qu’il ne s’essouffle pas car tous les personnages sont traités avec justesse et précision. Impossible de tourner en rond : personne ne sera laissé de côté. Mention spéciale aux enfants qui ont également une place importante et qui jouent particulièrement bien. J’ai également envie d’évoquer la fin du film, ouverte, qui est assez déconcertante et qui m’a d’ailleurs foutue un peu mal à l’aise. J’ai imaginé toutes les possibilités qu’elle pouvait entrainer, et leurs suites, et cela m’a évidemment frustrée.  Mais c’est une bonne frustration.

Le passé reste donc une bonne surprise. J’ai apprécié son intelligence : tout n’est pas dit, tout n’est pas expliqué noir sur blanc : on te fait confiance, on te laisse recoller les morceaux et essayer de comprendre, imaginer. Très appréciable également : malgré un sujet un peu lourd, le film ne vire jamais au larmoyant. Les émotions sont présentes mais ne débordent pas dans tous les sens.

4 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.