Critique Le naufragé (court métrage)

Sortie : 8 février 2012

Durée : 24 minutes environ

Comme j’avais un peu de temps, je me suis jetée sur ce court métrage qui a la particularité d’être intégré au dvd du moyen métrage Un monde sans femmes que je venais juste d’acheter. Le naufragé est donc une sorte de prologue et est suivi par une histoire plus longue, tournée un an plus tard sur les mêmes lieux. On y découvre donc un personnage, Sylvain (joué par Vincent Macaigne), qui sera à nouveau présent dans Un monde sans femmes.

L’histoire commence sur la route, aux côtés d’un cycliste, Luc. Pour se détendre et surtout pour oublier les problèmes de la vie quotidienne, il est parti pour une longue promenade à vélo sur les routes de Picardie. Le souci, c’est qu’il n’arrête pas de crever… En pleine galère, il fait la connaissance de Sylvain, un mec du coin qui, la main sur le cœur, lui propose de l’aider. Mais Luc, sans être hostile, n’est pas forcément très liant. Il va pourtant passer la nuit sur place, pour le meilleur ou pour le pire.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce court métrage de Guillaume Brac car je l’ai trouvé très humain, très sincère… et même si je n’aime pas vraiment ce mot, je dirais que cette histoire a quelque chose d’authentique. Paumé dans une petite ville de Picardie, Luc a sans cesse l’air de se demander ce qu’il fout là. De l’autre côté, il y a Sylvain, un mec un peu naïf, pas très beau mais extrêmement gentil qui se caractérise avant tout par sa grande solitude. Je ne sais pas s’il est censé incarner le looser par excellence mais il est tellement sympathique qu’il semble difficile de le juger.

On pourra trouver l’histoire ennuyeuse, pas vraiment passionnante. C’est vrai qu’il n’y a rien de grandiloquent dans ce court métrage, juste des scènes réalistes et deux hommes très différents qui s’entrechoquent un peu au passage le temps d’une soirée et d’une nuit. L’ambiance est particulière et il y a une certaine mélancolie qui plane sur l’ensemble.

Dès les premières minutes de ce court métrage, une certaine empathie se crée entre les spectateurs et les personnages. Et si l’histoire est simple, elle reste longtemps en tête.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.