Critique Le labyrinthe du silence

Sortie : 29 avril 2015

J’ai vu Le labyrinthe du silence un peu par hasard et comme le hasard fait parfois bien les choses, je vous le conseille !

Nous sommes en Allemagne, en 1958. La seconde guerre mondiale n’est qu’un souvenir que les allemands, toutes générations confondues, tentent peu à peu d’oublier. Un jeune procureur, lassé de traiter des affaires sans intérêt, décide pourtant de fil en aiguille (suite à certaines rencontres et prises de conscience) de réunir des documents et des témoignages voués à ouvrir un procès contre d’anciens SS ayant servi à Auschwitz. Le but ? Que ces hommes paient pour leurs crimes ! Les quelques pistes de départ se transforment en près de 8000 noms, soit 8000 hommes ayant servi dans le célèbre camp et depuis, tranquillement réintégrés à la société allemande. Plein de bons sentiments et de belles illusions, Johann va très vite se heurter aux réticences d’un peuple qui voudrait bien oublier cette page très noire de son histoire…

Le labyrinthe du silence est un film à la réalisation très académique mais en toute sincérité, vu le thème, je ne trouve pas cela dérangeant. Cette sobriété est même appréciable : pas besoin d’être original ni inventif, de chercher à faire des effets, le sujet se suffit à lui même et est traité avec un grand soin. Par moment, c’est presque pédagogique mais sans jamais être lourd ou ennuyant, je vous rassure !

Difficile de croire que, dans les années 50, de nombreux allemands n’avaient pas entendu parler d’Auschwitz. Et pourtant ! Le labyrinthe du silence nous montre à quel point la guerre, les camps et tout ce qui s’ensuit était devenu sujet tabou en Allemagne (et on le comprend un peu…). Quatre hommes vont pourtant lutter contre l’oubli et changer l’Allemagne tout en la forçant à assumer son passé et ses horreurs. Le film termine donc sur le procès de ces coupables (du moins ceux qu’on a réussi à choper car certains ont réussi à finir leur vie sans passer par les mains de la Justice mais ça, vous le savez déjà).

Le film pose bien évidemment la question de la responsabilité individuelle et collective. Celle du peuple allemand qui a laissé faire. Celle de ceux qui s’inscrivaient au parti pour avoir la paix, celle de ceux qui acceptaient les ordres sans tenir compte de la morale, celle de ceux qui ont fait du zèle. Difficile de faire la part des choses entre les vrais méchants (qui ont parfois une tête sympathique) et ceux qui ont suivi sans réfléchir. Le film est tout sauf manichéen et suffisamment subtil pour nous faire comprendre à quel point l’âme humaine est trouble et difficile à cerner.

Bien sûr, n’étant pas une inconditionnelle des films allemands, je ne connaissais pas un seul acteur à l’affiche mais qu’importe ! J’ai trouvé le casting très réussi et la reconstitution très réussie (mais il faut dire que je suis particulièrement fan des années 50-60).

Le labyrinthe du silence est un beau film, un film émouvant et instructif à la fois. Il comporte néanmoins quelques longueurs dans sa dernière partie mais vaut le coup d’œil, ne serait-ce que pour faire la connaissance de cette poignée d’hommes qui ont écrit une page important de l’Histoire.

6 comments

  1. matchingpoints says:

    Du coup, nous somme venues vous lire aussi – vous avez fait une belle critique ! Par contre, nous n’avons pas trouvé de longueurs, mais nous ne sommes peut-être pas toujours objectives par rapport au cinéma allemand…

    • Audrey says:

      Merci d’être passées ! 😉
      Même si c’est un aspect intéressant du film, j’ai été un peu moins captivée par le passage où l’on voit le personnage principal sombrer dans une sorte de paranoïa (quand il voit des nazis partout et semble avoir du mal à assumer l’histoire de son pays/de sa propre famille avec ses recherches sur son père). Son comportement parait compréhensible mais du coup, l’histoire stagne un peu à ces moments là !

  2. auroreinparis says:

    J’ai bien vu le titre à l’affiche dans mes cinémas, mais n’ai pas été attirée. Je le note tout de même à ma liste, je trouverai peut être le temps durant ce weekend de trois jours. J’aime beaucoup les films Allemand, en général !

    • Audrey says:

      J’y suis allée car l’horaire de la séance me convenait bien ! Sinon, je ne sais pas si j’aurais tenté le coup, j’avais un peu peur du thème ! Mais j’ai vraiment bien fait !

Répondre à Audrey Annuler la réponse

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.