Critique Le bizarre incident du chien pendant la nuit

Après Gatsby le magnifique, j’ai décidé de lire un roman qui m’attendait depuis presque un an dans ma bibliothèque : Le bizarre incident du chien pendant la nuit, de Mark Haddon. Il s’agit d’un roman classé en Littérature jeunesse mais notons que le livre est également sorti dans une collection pour adultes, sous une autre couverture. C’est écrit gros, les chapitres sont souvent très courts et le tout se lit donc rapidement même si les pages sont nombreuses.

Le bizarre incident du chien pendant la nuit, raconte l’histoire de Christopher, quinze ans, autiste. Enfin, c’est lui qui nous raconte son histoire, son enquête, sa quête. Une nuit, il découvre que Wellington, le caniche de la voisine, a été tué par une fourche. Qui a bien voulu tuer ce pauvre chien ? Mon héros va mener une enquête qui va l’amener bien plus loin que prévu…

J’ai beaucoup aimé ce roman qui nous plonge dans l’univers d’un ado atteint du syndrome d’Asperger. Parfois violent, souvent inquiet, Christopher se sent agressé par les évènements qui se bousculent dans sa petite vie et plus particulièrement par la disparition de sa mère et la mort du chien. Il ne sait pas encore qu’il va entamer un véritable parcours initiatique qui le mènera jusqu’à Londres… Rien que ça !

Bien sûr, pour apprécier ce roman il faut accepter d’adhérer à son style bien particulier. Christopher raconte avec ses propres mots, sa propre vision des choses qui ne sont évidemment pas les même que les nôtres. Christopher est un être pragmatique, il utilise donc les mots justes dans un style aussi minimalisme qu’efficace.

Totalement inadapté et en même temps, diablement intelligent, il cherche à se protéger d’un monde qu’il ne comprend pas. Grâce à ce style très particulier, les lecteurs oublient leurs propres habitudes, leurs propres pensées pour vivre au rythme de Christopher, de son amour pour les maths, pour la science et de ses dégoûts divers.

En même temps, ce sens des détails et l’importance donnée à des faits insignifiants fini par être lourdingue pour le lecteur. Du moins pour la lectrice que je suis. Je pense notamment au voyage de Christopher. Il quitte sa petite ville pour aller à Londres et on ne t’épargnera rien de son voyage : les horaires de train, les stations de métro… Autant d’éléments qui font partie de la narration mais qui ne t’apportent pas grand-chose. Cela m’a fait décrocher de l’histoire et j’ai également sauté quelques paragraphes de ci, de là (notamment quand Christopher nous explique ses problèmes de maths).

Malgré cette petite critique, qui n’en est pas une étant donné que je comprends le parti pris de l’auteur, j’ai beaucoup aimé cette petite lecture. Le bizarre incident du chien pendant la nuit est drôle et triste à la fois. Il ne faut pas le considérer comme un livre « scientifique » sur l’autisme mais plutôt comme une fiction menée par un héros un peu différent.

2 comments

  1. zofia says:

    Cette lecture m’avait bien plu également et je trouve que ça permet de mieux comprendre comment les autistes peuvent penser, à l’opposé de nous, dans un monde qui frôle parfois l’illogique.

  2. petiteconne says:

    C’est assez original comme roman je trouve… !
    Par contre, j’ai lu que l’auteur ne se considérait pas comme un spécialiste de l’autisme… il parait qu’il a écrit ce roman avec des informations basiques et n’a pas fait de recherches avancées. Je trouve quand même le rendu assez intéressant.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge