Critique L’auberge de la Jamaïque, Daphné du Maurier

Je le dis à chaque fois mais j’ai découvert Daphné du Maurier à l’adolescence, en furetant dans la bibliothèque de ma grand-mère. J’ai découvert Rebecca, Ma cousine Rachel, Mad, Le bouc émissaire en quelques semaines mais je n’avais pas encore lu L’auberge de la Jamaïque, bien que l’œuvre en particulier m’ait souvent été fortement conseillée par ma mère.

9782253006879

L’histoire

L’auberge de la Jamaïque nous raconte l’histoire de Mary Yellan qui, à la mort de sa mère, se retrouve obligée de quitter sa région natale pour aller vivre chez sa tante Patience alors mariée à un aubergiste, sur une côte désolée de l’Atlantique. Les deux femmes ne se sont pas vues depuis ce mariage et Marie ignore tout de la vie de sa tante. Sur place, elle découvre que son oncle, Joss Merlyn, est un homme violent, colérique et un ivrogne dangereux. Marie découvre aussi que l’auberge n’a d’auberge que le nom puisque personne n’y dort jamais. L’établissement jouit d’une très mauvaise réputation dans la région, et pour cause : son propriétaire et ses camarades se consacrent à des trafics qui sont tout sauf honnêtes !

1507-0 23022_1141029

Une héroïne courageuse dans un décor à la Émilie Brontë !

Impossible de ne pas penser aux Hauts de Hurlevent en lisant L’Auberge de la Jamaïque. L’ambiance et le décor ont quelque chose de similaire, quelque chose de gothique, de très sombre… Une ambiance que certains trouveront glauque mais que, pour ma part, je trouve très séduisante en littérature.

Ainsi, l’auteur nous décrit longuement la lande, sombre en ces jours d’hiver, recouverte de brume, mais également la mer, toute proche et invisible à la fois, dont la présence n’est trahie qu’à de brefs instants.

Au milieu de tout cela, nous avons Mary, une héroïne courageuse et surtout pleine de valeurs…donc forcément offusquée de débarquer dans un milieu aussi sordide et aussi rustre. Tout le décor, aussi bien la nature, hostile avec ses marécages et son temps maussade, que l’auberge en elle-même, décrite comme insalubre et aurais-je envie de dire, visqueuse, est donc vu par ses yeux.

Des personnages secondaires absolument inoubliables

Si j’ai trouvé que Mary était un personnage intéressant, droit et intelligent, elle ne me laissera pas un souvenir impérissable. Oui, j’avoue que je ne l’ai pas spécialement trouvée sympathique ou touchante. De ma lecture je retiendrai plutôt deux personnages masculins : Joss Merlyn, « l’aubergiste » et le Vicaire d’Altarnum, l’énigmatique Francis Davey.

Joss Merlyn est typiquement le genre de personnage qu’on déteste immédiatement. En 10 ans, il a tant mené la vie dure à sa femme qu’elle est à présent brisée, éteinte et presque invisible dans la vie des personnages comme dans le roman où elle ne fait généralement que passer. Mary le déteste dès la première seconde et pourtant, pourtant, l’auteur arrive à mêler ce dégoût d’une sorte de fascination malsaine. Mine de rien, Mary n’est pas tout à fait insensible à la grâce féline qui transparait derrière la violence et il est souvent fait mention des mains de Joss, aussi belles, gracieuses et délicates que brutales quand il se met à frapper. Son charme apparait puis disparait en une fraction de seconde, juste assez pour nous mettre un peu plus mal à l’aise.

665692 6838413Francis Davey, vicaire albinos, n’apparait pas immédiatement dans le récit mais aura également son importance. Insignifiant au premier abord, toujours là quand on ne s’y attend pas, il est extrêmement ambivalent en réalité. Difficile de savoir qui il est et surtout, s’il peut être considéré comme un ami ou comme un ennemi. J’ai trouvé le personnage extrêmement fascinant !

Romantique ? Pas vraiment…

Si notre chère Mary se rapproche inexorablement de Jem, le petit frère de Joss, Daphné s’amuse là encore avec la figure de l’amoureux et nous propose un personnage à la fois très sympathique et trouble. Mary peut-elle se fier à lui ? Est-il de mèche avec son frère ? Pourra-t-elle se reposer sur lui en cas de besoin ? En faisant sans cesse des parallèles entre les deux frères, qui ont 20 ans de différence, l’auteur nous inquiète également sur l’éventuelle suite des événements. Mary va-t-elle, comme Patience, se laisser séduire par un homme agréable puis finir par regretter son choix ?

Downton-Abbeys-Jessica-Brown-Findlay-stars-in-Jamaica-Inn

Je vous laisse avec une photo tirée de l’adaptation en trois épisodes de la BBC, que j’ai vu et dont je vous parle la prochaine fois. Si je lui ai trouvé plein de qualités, je trouve qu’elle comporte trop de différences avec l’oeuvre originale pour être qualité de « bonne » adaptation. Bien sûr, de mon point de vue !

Pour ce qui est du livre en lui-même, je dois avouer qu’il ne sera pas mon préféré de l’auteur. J’ai été très surprise par sa noirceur et par sa « violence ». Le fait est qu’il est extrêmement intense, qu’il est extrêmement riche derrière une histoire aux apparences simples et qu’il développe un univers et des personnages que j’ai trouvé fascinants.

5 comments

  1. Kitsy says:

    Ton avis m’a vraiment conquise ! J’ai très envie de découvrir ce roman maintenant ! Je n’ai pas du tout fait le rapprochement avec l’adaptation, ce n’est qu’en voyant la dernière photo que je me suis dis « mais j’ai déjà vu ça non? » Et en fait oui, j’étais à Londres au moment où la première partie de la série est sortie, je me souviens qu’avec ma meilleure amie on l’a regardé en direct le soir à l’hôtel. C’était surtout parce qu’on aimait l’actrice qui joue aussi dans Downton. Mais j’avais trouvé le rythme tellement lent que je n’ai jamais regardé la suite malheureusement. Mais je me laisserais sûrement tenter par le livre !
    Kitsy Articles récents…Les chroniques lunaires T1 : Cinder (Marissa Meyer)My Profile

    • Audrey says:

      Oui j’aime aussi beaucoup cette actrice <3
      Mais c'est vrai que l'adaptation n'est pas une réussite, elle est d'ailleurs globalement très mal notée par les blogueurs. Du moins en France !

  2. A-Little-Bit-Dramatic says:

    Je connais ce roman de nom…il avait déjà retenu mon attention mais je crois que ton avis finit de me conquérir totalement ! Je n’ai jamais lu de Daphne du Maurier, jusqu’ici, je crois que j’avais un peu peur de son univers mais pourquoi pas commencer avec celui-ci ? 😉

    • Audrey says:

      En toute sincérité, je te conseille plutôt de commencer par Rebecca ou Ma cousine Rachel ! Ce sont mes préférés ! Je les trouve beaucoup plus forts <3

Laisser un commentaire

CommentLuv badge