Critique Last Hero Inuyashiki, Hiroya OKU

Depuis ma critique d’Emma, je n’avais pas parlé mangas ici. Il faut dire que je n’en ai pas lu un seul depuis.

Ce n’est pas faute d’en avoir croisé beaucoup durant mes vacances japonaises… c’était encore une fois une vraie torture de voir ce choix impressionnant et de ne pas pouvoir en profiter !! Il y a deux ans j’avais pas mal trainé au milieu des rayons et noté les titres qui pouvaient m’intéresser…mais tellement de mangas ne sont pas sortis en France… cette fois, cet effort m’a paru un peu vain.

J’ai piqué ce manga à mon cher et tendre sur un coup de tête. Mais de quoi ça parle ?

Last Hero Inuyashiki raconte histoire de M. Inuyashiki, 58 ans. Cet employé de bureau effacé fait bien plus vieux que son âge. Sa femme lui parle comme à un enfant. Ses deux rejetons le méprisent et évitent d’être vus en sa compagnie. En plus de ça, Ichiro Inuyashiki vient d’apprendre qu’il a un cancer en phase terminale. Bref, c’est vraiment pas la joie ! Une nuit où il déambule dans un parc en compagnie de son chien, il fait une rencontre une race extra-terrestre. Enfin… il se fait plutôt écraser par une présence extra-terrestre et est tué sur le coup. Un peu emmerdés d’avoir fait une bourde, ces êtres venus dont ne sait où vont reconstituer l’apparence extérieure du vieux monsieur afin de ne laisser aucune trace de leur passage sur terre.

Ichiro va se réveiller dans le parc après ce qu’il croit être une bonne nuit de sommeil à la belle étoile. Dans une forme olympique, il se rend vite compte qu’un truc cloche : il est devenu un cyborg assez puissant… et va justement mettre ses nouveaux pouvoirs au service des plus démunis, des victimes, de ceux qui se font écraser par une société violente et en perte totale de repères. Fini le mal de dos, la myopie handicapante, le cancer dévorant… Ichiro Inuyashiki va devenir un héros !

Paru aux éditions Ki-oon, ce manga brille par l’originalité de son idée de départ. Bon, je n’aime pas trop la SF à la base donc je n’aurai jamais acheté ce manga par moi même. De plus, j’avoue que j’ai trouvé la transition entre le Ichiro humain et le Ichiro cyborg un peu facile dans le sens où notre héros accepte très vite et très bien sa nouvelle nature. Certes, elle est avantageuse pour lui mais quand même… le jour où je me réveille avec de la ferraille dans le bras, je pense qu’il ne faudra plus d’une journée pour faire le deuil de mon ancienne apparence !

Bon, le point positif c’est qu’on ne perd pas de temps avec des questions existentielles sans fin.

Le trait du mangaka Hiroya Oku est extrêmement réaliste. J’aime et à la fois, j’aime pas. Je reconnais malgré tout que ce réalisme donne beaucoup de dynamisme à l’histoire et sert vraiment l’intrigue. Les décors sont franchement bien foutus, il y a beaucoup de détails…et le manga termine d’une manière à te donner envie de lire la suite (forcément !!!!) alors on peut dire que j’ai plutôt adhéré à ce premier volume.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.