Critique L’amour est un crime parfait

Sortie : 15 janvier 2014

 Professeur de littérature à Lausanne, Marc aime attirer ses jeunes étudiantes dans son lit. Il faut dire qu’il est plutôt pas mal pour son âge et puis ses connaissances et son charme les fascinent sans mal. Quelques jours après la disparition de Barbara, sa meilleure élève avec qui il a enfin passé la nuit, Marc rencontre Anna, la belle mère de cette dernière. Particulièrement inquiète, elle cherche à en savoir plus…

J’ai eu envie d’aller voir ce film au cinéma, en début d’année mais le temps m’a manqué. Il faut dire qu’entre les critiques négatives que j’avais lues (bien qu’il y en ait également des positives) et le manque de volontaires pour m’accompagner à une séance, je n’ai pas résisté longtemps : j’ai lâché l’affaire. Quelques mois plus tard, j’ai réparé ce petit oubli.  S’il ne s’agit pas d’un coup de cœur pour autant, j’ai beaucoup aimé L’amour est un crime parfait. Pourquoi ?

Tout d’abord, j’en ai adoré l’ambiance. L’hiver, le froid, la neige qui recouvre tout, l’université au décor très froid, moderne et impersonnel, le silence des grands espaces, le chalet de Marc… Ces images magnifiques m’ont plongée dans un certain sentiment et dans une atmosphère feutrée et glaciale à laquelle j’ai été immédiatement sensible.

Pour le traitement de l’histoire, également. Parce que L’amour est un crime parfait nous fait croire qu’il a tout du thriller puis se révèle finalement être un film beaucoup plus psychologique que mystérieux. Marc est un personnage trouble qui entretient des relations très étranges (presque incestueuses, devrait on dire) avec sa sœur, jouée par une Karine Viard décidemment très sexy, très mystérieuse. Mais aussi pour les jeux de domination/séduction entre les personnages. Marc et sa sœur, Marc et Anna, Marc et Annie aussi…bien que le personnage de Sara Forestier soit franchement décevant à mes yeux (qu’apporte t elle vraiment à l’histoire ?).

Bien sûr, le film (et plus précisément le personnage de Marc) a parfois quelque chose de pompeux, d’emphatique. Bien sûr, on ne comprend pas toujours vraiment où on nous mène. Bien sûr, on peut lui trouver des défauts mais j’ai passé un très bon moment devant L’amour est un crime parfait. Je me suis laissée porter par les errances de Marc, par une histoire tortueuse, par les paysages sauvages et les lieux confinés… Peut être parce que je n’en attendais rien au départ ? Qui sait !

En tous cas, comme j’aime Philippe Djian, je vais très prochainement me plonger dans Incidences, le roman qui a inspiré l’histoire du film.

2 comments

Répondre à Zofia Annuler la réponse

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.