Critique Jusqu’à ce que la mort nous unisse, de Karine Giebel

Karine Giebel, depuis que je l’ai rencontrée au détour de deux nouvelles, j’en suis folle. Folle de chez folle. J’aime tout ce que je lis d’elle et Jusqu’à ce que la mort nous unisse est d’ailleurs le plus gros roman de cet auteur que j’ai ouvert, les autres étant relativement peu épais. Résultat : en refermant le bouquin hier soir, j’ai directement pensé « ce polar est un putain de chef d’œuvre ». Par certains points, notamment dans son dernier quart, il m’a beaucoup fait penser à Chiens de sang. On y retrouve en effet une longue traque au cœur de la nature. Car Jusqu’à ce la mort nous unisse est un polar de montagne dans lequel cette dernière est un personnage à part entière.

Il faut dire que Vincent, son personnage principal, est guide de haute montagne. Amoureux d’une nature qu’il connait comme le fond de sa poche, Vincent, la quarantaine, est pourtant un homme très seul depuis le départ de Laure, il y a 5 ans. Entré dans une routine mêlant travail et amours éphémères, il va devoir sortir de l’Ancolie, son chalet, pour enquêter sur la mort de son ami Pierre. Une chute mortelle en haute montagne ? Il n’y croit pas. Pierre était aussi agile d’un chamois. Aidé par la jeune Servane, une jeune recrue de la gendarmerie, Vincent va remonter le fil des évènements et se trouver confronté à une affaire encore plus sordide qu’il n’aurait pu l’imaginer mais surtout, il va devoir faire face à ses propres démons…

J’ai lu des critiques plutôt mitigées, des critiques mettant en avant le côté convenu de l’intrigue. Si on peut reprocher quelques facilités sur certains points, l’intrigue reste pourtant riche en suspens et en rebondissements. Elle m’a ravie de bout en bout, m’a forcée à tourner les pages encore et encore. Quant à la toute fin… elle est, comme toujours chez Karine Giebel, assez cruelle et marquante.

Pour certains, le roman est également marqué par quelques longueurs. A mes yeux, c’est pourtant loin d’être le cas. Bien sûr, l’intrigue ne progresse pas toujours très rapidement mais elle nous permet de nous familiariser avec les personnages principaux. L’auteur prend son temps pour camper tout son petit monde.

Il y a tout d’abord Vincent, qu’on considère rapidement comme un gros connard avant de tout simplement s’attacher à cet homme meurtri. Puis Servane. Giebel excelle franchement dans ses portraits de femmes, nous livrant des personnages pleins de failles mais surtout pleins de force. Servane est marquante comme l’a été Jeanne dans Terminus Elicius. Mais il y aura également tous les membres du village, l’ermite qui traine dans les montagnes et Laure, évoquée dans bien des pages mais toujours absente… En somme, les personnages sont très bien écrits et surtout, approfondis ce qui donne une dimension très humaine et très agréable au récit.

Au départ, je dois avouer que les descriptions de la nature et des alpes environnantes ne m’ont pas passionné plus que ça. Néanmoins, j’ai découvert leur intérêt et leur beauté à mesure que je rentrais dans le quotidien de Vincent et de Servane. Je me suis laissée séduire par ces décors aussi magnifiques qu’inquiétants et j’ai finalement eu beaucoup de mal à reposer le bouquin.

Que vous connaissiez Karine Giebel ou pas, je vous conseille franchement ce roman. Il est très facile à lire car le style de l’auteur est assez épuré (on aime ou on aime pas) et va droit au but. Je fais une petite pause et projette de lire Les morsures de l’ombre que je biens de me procurer.

5 comments

  1. Zofia says:

    D’elle, tu as encore plus gros : Meurtres pour rédemption qui fait quasi 1000 pages mais je n’ai encore lu ni l’un ni l’autre. Mais vu comment j’ai adoré les autres, je pense les dévorer. C’est pour ça que j’ai pas trop envie de les lire, peur d’aller trop vite ^^
    Zofia Articles récents…PauseMy Profile

    • Audrey says:

      Je connais ce roman de nom car j’ai plusieurs fois hésité à l’acheter mais j’avais jamais remarqué qu’il était si gros !
      J’ai aussi vu qu’elle sort son nouveau roman courant novembre… ça en fait un de plus à découvrir !

  2. Zofia says:

    Vraiment une excellente lecture ! et les passages où il y a un peu moins d’action sont quand même très intense, comme je t’ai dit j’ai trouvé que c’était une très belle histoire d’amour et d’amitié. Et contrairement à toi, les descriptions de la montagne m’ont beaucoup plus parlé car je connais un peu le coin 😉

Laisser un commentaire

CommentLuv badge