Critique Le journal d’Anne Frank

9782253177364-TJ’ai relu Le journal d’Anne Frank dans le cadre d’une lecture commune avec Zofia. Vous pourrez trouver sa critique ici !

Je parle bien de relecture car je l’avais découvert il y a des années [je ne désespère pas, un jour je ferai une LC avec Zofia en découvrant un bouquin en même temps qu’elle ! cf nos lectures d’Autant en emporte le vent et des Hauts de Hurlevent que je connaissais déjà].

Je me revois, adolescente, parcourir les rayons de la médiathèque à la recherche de ce que je considérais comme « un classique à lire ». J’étais stressée lors de ma première lecture car j’avais peur que le récit soit très triste. De ce fait, j’avais été surprise par le ton de l’ouvrage, loin d’être aussi déprimant que je m’y attendais. Il y avait vraiment eu un profond décalage entre ce que je m’attendais à lire et ce que j’ai lu.

Aujourd’hui, je comprends mieux ce décalage que j’ai ressenti à l’époque sans forcément mettre des mots dessus.

Il provient en réalité d’un fait qui résume toute l’histoire : nous, lecteurs, savons qu’Anne Frank a été déportée et qu’elle n’a pas survécu. La jeune fille qui écrivait ce journal, dieu merci, ne savait pas le destin qui l’attendait.

Et si le contexte de la guerre, et l’enfermement, avait forcément un impact sur son moral, elle n’en était pas moins une jeune fille pleine de vie avec des projets plein de la tête, une jeune fille qui aimait lire, apprendre, qui avait mauvais caractère parfois mais que je trouve malgré tout attachante.

Lors de ma lecture, j’ai retrouvé cette sensation d’enfermement terrible et je me suis encore une fois demandée comment j’aurais réagi si j’avais dû vivre plus d’un an dans cette fameuse « Annexe », dans la peur d’être découverte et avec ce sentiment terrible, et culpabilisant qu’Anne éprouve parfois en observant le monde de derrière sa fenêtre de privilégiée. Car privilégiée, elle l’est pendant un temps, puisqu’elle a pu se cacher et elle en a conscience en écoutant la radio et en apprenant à quel point le monde va mal. Elle nous offre donc un regard décalé sur la seconde guerre mondiale, celui d’une jeune fille consciente du monde autour mais bien évidemment ancrée dans les préoccupations de son âge et celui d’une juive qui se cache et qui se « déconnecte » plus ou moins des réalités vécues par ceux et celles qui partageaient sa religion.

En bref,

Je ne garderai pas un super souvenir de cette lecture car j’étais très mal au moment de rouvrir Anne Frank, clouée au lit. Mais pas en mode je m’étire nonchalamment avant de reprendre ma lecture, non, plutôt en mode en collée à ma bouillotte d’eau chaude, entourée par mes tubes de crèmes pour douleurs musculaires et tentant de ne pas trop bouger MAIS j’ai quand même été contente de le relire. Je trouve cette lecture très instructive, même aujourd’hui, et synonyme de bien des réflexions. Malgré tout, j’ai eu un peu de mal à en venir à bout car le format journal intime ne me convient pas vraiment !

8 comments

  1. zofia says:

    Je ne regrette pas cette lecture ! mais comme toi, le format n’est pas celui que je préfère mais je suis contente de l’avoir lu, et comme tu le dis si bien, nous on connaît son futur, elle était pleine d’espoir au moment de la rédaction, ce qui fait que l’histoire est vraiment cruelle.

    p.s : la prochaine fois tu choisis le livre de la LC comme ça, avec un peu de chance, c’est un livre que tu n’auras pas encore lu 😉
    zofia Articles récents…Lecture commune : Le journal d’Anne Frank, la chroniqueMy Profile

  2. lacavernedhaifa says:

    Je l’ai maintes et maintes fois, et c’est un livre que je recommande volontiers par son intérêt historique, mais aussi pour son intérêt stylistique et littéraire. C’est un livre que j’ai lu à l’adolescence, je devais avoir le même âge qu’Anne Franck, et son récit m’avait marqué de plein fouet. Lorsque je l’ai relu des années plus tard, j’ai toujours été frappé par cette jeune fille et son journal.
    lacavernedhaifa Articles récents…Bilan du mois d’Avril #2017My Profile

  3. A-Little-Bit-Dramatic says:

    Comme toi, avant de démarrer cette lecture, j’étais très stressée. Pour moi, lire Le Journal d’Anne Franck, c’était presque obligatoire, pour plein de raisons et notamment pour celle-ci : le devoir de mémoire. C’est en tous cas très difficile de chroniquer un livre comme celui-là parce qu’on ne peut raisonnablement pas dire que l’on n’aime pas. 🙂 Ce livre est tellement intime et surtout, tellement triste, pour nous qui savons le dénouement de cette histoire. Comme toi, j’ai souvent eu le cœur un peu serré de voir cette jeune fille continuer d’espérer quand on sait qu’elle ne survivra pas aux camps. :'(
    En même temps, ce livre est d’un incroyable optimisme et Anne a aussi beaucoup d’humour. J’ai aimé sa façon de voir le monde et de la retranscrire dans les pages de Kitty. ^^
    A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…La Thé Box, Mai 2017 : MerveillesMy Profile

Laisser un commentaire

CommentLuv badge