Critique Jamais le premier soir

Sortie : 01 janvier 2013

A la base, je voulais voir le dernier Paranormal activity afin de commencer l’année avec une charmante histoire d’horreur. Ce film était projeté dans une petite salle qui était presque blindé d’adolescents… nous avons fait donc demi tour pour plonger dans la salle d’à côté étant donné qu’un film semblait être sur le point de commencer. Dans cette salle, le public était plus vieux et les sièges disponibles, bien plus nombreux.  Il s’est avéré que le film projeté était Jamais le premier soir (c’est la dame du fond qui nous l’a dit !).

Dans Jamais le premier soir, il est question de Julie, une fille fraîchement larguée et donc, terriblement déprimée. Pour se remonter le moral, elle fréquente de plus en plus souvent la librairie de son quartier où elle achète de nombreux livres sur l’épanouissement personnel ou la fameuse « pensée positive ». Pas vraiment convaincues par ces lectures, ses deux meilleures amies (Rose et Louise) apprécient pourtant de la voir sortir la tête de l’eau. C’est justement à cette époque que Julie va faire plusieurs rencontres… Mais empêtrée dans ses phrases toutes faites et ses convictions sans fondements, est-elle vraiment prête à trouver l’amour ?

Ce petite film (pour filles ?) n’a rien de spécial, rien d’inoubliable mais il est agréable à regarder, vraiment. C’est une comédie romantique assez drôle et légère qui permet de commencer l’année avec le sourire et c’est déjà pas mal !

On s’en doute, Jamais le premier soir n’apporte rien de nouveau sous le soleil. Le fond comme la forme sont finalement assez classiques. Il est question des femmes, des hommes, des relations amoureuses, des angoisses existentielles, tout ça, tout ça. Le charme du film se résume donc en deux points : les acteurs, qui sont très bons (notamment Jean Paul Rouve, dans son rôle de libraire) ET le comique de situation qui est souvent bien mené. Je n’ai pas ri aux éclats mais j’ai été amusée. Le seul personnage que j’ai trouvé étrange et presque hors sujet, c’est celui de Julie Ferrier qui a quelque chose de beaucoup plus dramatique et de beaucoup plus profond, si je puis dire. Je n’ai pas trop compris sa raison d’être et surtout, je l’ai trouvé plutôt mal exploité.

Si je ne conseille pas forcément Jamais le premier soir (car il y a sans doute mieux à voir !), je ne déconseille pas son visionnage pour autant. Cette petite histoire pleine d’humour (et d’amour) permet de passer un très bon moment et dure juste le temps qu’il faut pour ne pas devenir indigeste !

4 comments

  1. Audrey says:

    Le voir n’est pas une obligation, c’est clair. Ce n’est pas le genre de film qui va te bouleverser. Mais je l’ai trouvé très sympa malgré tout !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.