Critique Insidious : chapitre 2

Sortie : 2 octobre 2013

Dans Insidious, sorti en juin 2011, Josh et sa petite famille venaient d’emménager dans une nouvelle maison. Ce grand bonheur fut pourtant suivi par une suite de frayeurs et d’inquiétudes toutes plus importantes les unes que les autres. Alors que leur fils aîné est tombé dans une sorte de coma inexpliqué, les phénomènes paranormaux se multiplient. Le chapitre 2 se situe peu de temps après. Josh et son fils sont revenus du monde des ténèbres où ils avaient sombrés. La petite famille n’a alors qu’une envie : reprendre une vie normale. Mais les esprits ne semblent pas en avoir fini avec eux.

J’ai plus ou moins oublié le premier volet lorsque j’ai mis les pieds dans la salle de ciné. James Wan, à qui l’on doit le très récent The conjuring : les dossiers Warren ou encore Saw (2004), Dead silence (2007) ou Death Sentence était pourtant bel et bien de retour avec la suite d’un film qui a été synonyme de grand succès dans sa carrière de réalisateur.

A mes yeux, Insidious : chapitre 2 relève presque plus du film fantastique-qui-fait-un-peur-peur que du film d’horreur pur et dur qui va te faire frissonner d’angoisse de A à Z. Ce n’est que mon avis, mais je regrette de ne pas avoir stressé plus que ça. Deviendrais-je insensible ? Ou manquait-il tout simplement de cette tension montant crescendo qui fait la réussite de ce type de films ?

Il fallait avoir de sacrées couilles pour oser donner une suite à un film qui n’en méritait pas forcément une. De, ce fait, on pourra s’agacer de trouver la même trame scénaristique dans ce second opus. On prend le même problème et on le renverse plus ou moins car cette fois, ce n’est pas le fiston qui a un souci mais le papa. Du coup, l’ensemble devient assez prévisible. A cela, on peut ajouter une histoire qui met longtemps à démarrer. C’est mou, on ne s’ennuie pas mais on attend un peu d’action… Une fois l’intrigue lancée, cela s’améliore un peu. On suit l’enquête avec un peu plus d’intérêt, on essaye de comprendre, de relier les points entre eux.

Malgré tout, on pourra s’amuser de la réinterprétation des évènements qui se passent dans le premier volet. Mais pour cela, il faut avoir vu Insidious, et l’avoir encore en tête, ce qui n’était pas mon cas…

Insidious : chapitre 2 ne s’en tire pas trop mal. Je ne l’ai pas regardé avec passion mais je ne regrette pas de l’avoir vu pour autant. Avec du recul, je trouve qu’il est dommage d’avoir fait une suite qui vienne plus ou moins expliquer le premier film. J’estime que ce qui est mystérieux et inexpliqué est toujours plus effrayant et donc, plus intéressant. J’ai passé un moment agréable mais je ne pense pas avoir envie de le revoir un jour, même dans plusieurs années. C’est un film anecdotique, vite vu, vite oublié.

2 comments

  1. zofia says:

    Je pense que plus on voit des films d’horreur ou d’angoisse, plus on se blinde et plus on devient exigeant. C’est pour ça que j’ai un peu réduit ma consommation car c’est un genre où mine de rien, il est difficile d’être vraiment novateur et original.
    zofia Articles récents…Vu, Lu, Entendu – 2 moisMy Profile

    • Audrey says:

      J’aime trop ça pour m’en passer ! ^^ Et même si j’en vois beaucoup, certains arrivent encore à me bluffer. Mais je suis plus effrayée par les histoires de démons et d’esprits que par le gore.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.