Critique In secret

Sortie : en février 2014 aux Etats-Unis

Moi qui tiens à écrire un article pour chaque livre lu et pour chaque film vu, j’ai vraiment du mal à tenir la distance ces derniers temps. La faute aux vacances qui m’ont éloignée d’internet mais qui m’ont aussi permis de voir et de lire beaucoup plus de choses qu’à l’accoutumée. Cela ne va pas m’empêcher de dire quelques mots sur In secret.

Il s’agit d’une énième adaptation du roman d’Emilie Zola, Thérèse Raquin que je n’ai pas lu. Il est donc impossible pour moi de savoir si l’adaptation est bonne et fidèle ou non. Cela étant donné, j’avoue m’être, au bout d’une heure, assez ennuyée durant le visionnage.

Quand elle était petite, Thérèse est revenue d’Afrique avec son père. Ce dernier l’a abandonnée en métropole auprès de sa sœur pour ne jamais revenir. Depuis, Thérèse est devenue en quelque sorte la garde malade officielle de son cousin, Camille. Des années plus tard, toujours malade, faible et vraiment pas appétissant, Camille se met en tête d’épouser Thérèse. C’est chose faite. Quand tout ce petit monde débarque pour vivre à Paris, Thérèse va vite trouver l’amour et la sensualité qui lui manquent tant dans les bras de Laurent. Camille devint dès lors un obstacle à leur amour.

Si le nom de Zola m’a forcément attirée, j’ai également éprouvé beaucoup d’intérêt pour le casting, soit pour Elisabeth Olsen, Oscar Isaac (qu’on voit de plus en plus) sans oublier Jessica Lange (dont je suis fan depuis ses prestations dans la série American horror story). Camille est quant à lui joué par Tom Felton, l’acteur connu pour son rôle de Malfoy dans Harry Potter (je ne l’avais pas reconnu).

Bien joué et bien filmé, le film n’en demeure pas moins extrêmement sombre de par son thème et ses décors. Du moins, Paris (ville obscure, ville de tous les vices) semble s’opposer aux premières années passées à la campagne, plus lumineuses et plus naïves. Paradoxalement, ce n’est pas dans les jolies forêts que Thérèse apprend à être heureuse mais plutôt dans la sombre boutique qu’elle tient avec sa belle-mère à Paris. Dans un premier temps, j’ai forcément été du côté de la jeune femme : parachutée dans une famille qu’elle ne connait pas, elle doit constamment surveiller la santé de son cousin puis se marier contre son gré avec lui. J’ai donc vu d’un très bon œil la relation naissante avec Laurent.

Les choses changent après que le couple se soit débarrassé de Camille. A partir de cette mort et de toute la comédie qui s’ensuit, la véritable nature de Thérèse remonte totalement à la surface : la relation qui plaisait quand elle était interdite perd finalement tout son intérêt lorsqu’elle devient autorisée. Et ça, Laurent va le comprendre à ses risques et périls. Bref, Thérèse est jamais contente et semble incapable d’éprouver de l’amour.

Bref, Thérèse devient détestable, un vrai montre d’égoïsme prêt à tout écraser sur son passage si besoin est. Laurent semble très intéressé par l’argent. Le couple finira dramatiquement et finalement qu’importe car il est tout à fait impossible de s’attacher à eux. Du coup, je ne sais pas quoi penser de ce film que j’ai trouvé à la fois intéressant et carrément soporifique. Peut être parce que le thème « débarassons-nous du mari trop gênant » est vu et revu. J’imagine que le roman de Zola est autrement plus profond et plus riche.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.