Critique Happy new year

Sortie : 21/12/2011

Note : 2.5/5

 

Nous sommes le 31/12/11, à New York. Bientôt, la nouvelle année va commencer et avec elle, un déluge de joies, de peines, de déceptions, d’espoirs… C’est l’occasion pour une vingtaine de personnes de se remettre en question, de se retrouver, de se pardonner, de se donner une nouvelle chance… À minuit, qui embrassera qui ?

Ce qui marque en premier dans un film tel que Happy new year. De Niro, Kutcher, Lea Michele, Sarah Jessica Parker, Zac Efron… On aime ou on aime pas mais on sait que le film sera plein de têtes connues. Le film fonctionne de manière morcelée : on passe d’un personnage à un autre, d’une histoire à une autre pour que certains de ces parcours finissent par se rencontrer dans la dernière demi heure du film. Un concept vu et revu mais qui fait toujours mouche et qui permet de ne pas s’ennuyer. Pour ma part, j’aime cette multitude de personnages, ces histoires qui s’entremêlent ou pas, ces humeurs et ces tonalités, toujours différentes les unes des autres.

Bien sûr, certaines histoires toucheront plus que d’autres. Certaines sont plus intéressantes, d’autres plus drôles, d’autres encore plus tristes… Celle de ascenseur et de la maternité sont celles qui m’ont le plus plu mais j’ai également aimé celle de la mère et de la fille.

Je pourrais pourtant reprendre mon compliment de départ pour en faire un défaut. Ce film choral présentant bien trop de personnages, nous laisse sur notre faim. C’est trop survolé, c’est trop superficiel, trop rapide et comme on en sait vraiment trop peu sur les personnages, il est très difficile de s’attacher à eux, de les comprendre et de les apprécier. Bref, on reste un peu impuissant et lointain devant ces personnages qui s’agitent dans tous les sens et on attend que ça passe.

Je présume qu’écrire un tel film n’est finalement pas si dur. Il suffit de prendre une vingtaine de personnages, de tracer vaguement les grandes lignes de leurs histoires et de porter le tout à l’écran. Quelques vues de la ville en fête suffiront à faire les transitions. Pas besoin de faire dans le détail avec le film chorale…

Pas toujours crédible, souvent un peu niais et plein de clichés sur la ville de New York, Happy new year ne risque pas de rester dans nos mémoires…un peu comme si le réalisateur avait principalement misé sur le casting pour attirer les spectateurs.

4 comments

    • petiteconne says:

      J t’avoue qu’on savait pas quoi regarder ce soir là… ça se regarde mais c’est sur que c’est pas non le film de l’année… Mais j’ai franchement vu bien pire!

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.