Critique groupée : Rec 4, The Devil’s Hand, Paradise Lost

En ce moment, je suis plongée dans la série Elementary. Je dois bouffer 24 épisodes. Mais j’ai quand même quelques critiques des films en réserve…

paradise-lost-affiche2-grand-format-514x700

Paradise Lost (5 novembre 2014)

L’histoire : Nick et son frère sont des canadiens en exil. En Colombie, ils ont trouvé le calme, le soleil et surtout, les vagues parfaites pour leur passion commune : le surf. Nick va rencontrer Maria. Ils tombent amoureux. Elle tient à le présenter à son oncle, un homme important dans sa vie et important pour toute la ville : Pablo Escobar.

Mon avis : j’ai eu peur d’aller voir ce film au cinéma. Peur de passer deux longues heures très chiantes. Au final, j’ai trouvé le film très bon, très prenant. Dès les premières minutes, une certaine tension est palpable. Benicio Del Toro est bien entendu idéal dans le rôle de Pablo Escobar car il lui offre toute son ambiguïté. A la fois attachant et terriblement effrayant, Pablo Escobar imprègne chaque minute du film, même lorsqu’il n’est pas à l’écran. Attention : ce n’est pas un biopic, mais plutôt un thriller !

Et maintenant, deux films beaucoup plus anecdotiques :

399338

Rec 4 (12 novembre 2014)

L’histoire : vous vous souvenez d’Angela Vidal ? La journaliste qui se fait enfermer dans l’immeuble au début de Rec ? Et bien on revient vers elle dans Rec 4. Au moment où un groupe de militaires vient poser des explosifs dans l’immeuble en question, la jeune réapparait et est prise en charge. On l’amène sur un bateau en pleine mer afin de réaliser une batterie de tests sur elle. Bien sûr, les choses vont vite se corser et le cauchemar, recommencer.

Mon avis : j’étais plutôt confiante. Avec ce Rec 4, j’avais l’impression de renouer pour de bon avec le premier volet. Or, j’ai vite déchanté : Rec 4 se regarde mais il est mal filmé, peu inventif, peu effrayant. En somme, je me suis vite ennuyée et je n’ai même pas souri aux gags sensés déclencher un petit rire. C’était nul, même en VO ! Il faut arrêter les Rec nom de dieu !

564255

The Devil’s Hand (sortie inconnue)

L’histoire : 1994. 6 filles naissent le 6ème jour du 6ème mois dans une communauté Amish. C’est mauvais signe (666 : vous avez capté ?). Bref, la prophétie dit que le jour de leurs 18 ans, 5 des 6 filles mourront. La 6ème ? Elle accueillera Satan en son sein et deviendra hyper puissante. Après cette vague introduction, le film nous amène de nos jours, quelques heures avant l’anniversaire des fifilles.

Mon avis : je ne sais pas trop quoi penser de ce film… je l’ai à la fois trouvé nul et potable. Comment est-ce possible ? Et bien, figurez-vous que le thème de la communauté Amish, cela marche toujours. Une poignée de fanatiques religieux retirés du monde moderne + une prophétie = une certaine angoisse. C’est plutôt bien filmé et l’image est belle. En plus, le film est court et la fin est plutôt réussie. Le souci vient du reste : une poignée d’actrices qui ressemblent plus à des mannequins qu’à des filles normales et une touche de romance un peu cucul. En somme, un film divertissant mais pas forcément effrayant. A voir un soir où vous voulez mettre votre cerveau sur off.

4 comments

Répondre à auroreinparis Annuler la réponse

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.