Critique groupée : Maestro – Discount – Jeanne captive

462615

Maestro (23 juillet 2014)

L’histoire : Henri, 27 ans, est acteur à ses heures. Plus intéressé par les films à gros budget que par les films d’auteur, Henri va finalement se retrouver sur le tournage de Cédric Rovère. D’abord légèrement surpris dans les conditions de tournage (sommaires, à cause d’un budget serré) et par le film à proprement parler (légèrement intello et pas vraiment similaire à ses goûts persos), Henri va finalement se prendre au jeu.

Mon avis : encore un film que je n’ai daigné aller voir au moment de sa sortie. J’en avais une vision peut être un peu déformée. Bref, je m’en faisais une idée qui n’a rien à voir avec la réalité. Car oui, Maestro est un film qui m’a finalement bien plu, notamment grâce à la présence de Pio Marmaï et de Déborah François. Il s’agit aussi ici d’un bel hommage à Eric Rohmer (devenu Cédric Rovère) et à Jocelyn Quivrin (devenu Henri) , le second ayant rencontré le premier lors du tournage de Les Amours d’Astrée et de Céladon, en 2007. Jocelyn Quivrin, bouleversé par cette rencontre, avait commencé à mettre sur pied un scénario s’inspirant de cette expérience d’acteur. Or, Jocelyn est mort deux ans plus tard, en 2009. Déjà présente sur le projet initial, sa complice et co-scénariste Léa Fazer en assure finalement la réalisation. Au final, on découvre un film lumineux, délicieusement bucolique, parfois drôle, parfois ironique mais toujours tendre et bienveillant avec ses personnages. J’ai bien aimé assister à la transformation d’Henri qui s’ouvre peu à peu à la poésie et à la beauté de la littérature. En somme, un récit d’apprentissage plutôt intéressant !

artoff8553

Discount (21 janvier 2015)

L’histoire : pour lutter contre la menace d’un licenciement économique, des employés d’un supermarché discount récupèrent (volent) les produits qui auraient été gaspillés sur le lieu de travail et les revendent clandestinement.

Mon avis : quand Discount est sorti au ciné, j’avais envie de tout, sauf de le voir ! Or, après l’avoir visionné chez moi, je considère que mes premières impressions étaient un peu dures. Discount, ce n’est pas du grand cinéma, loin de là, mais cela n’en fait pas moins un film sincère et tout à fait regardable. L’histoire nous est contée sans jamais sombrer dans le misérabilisme, les personnages sont plutôt attachants… mais le tout reste finalement très classique, très convenu. L’histoire n’est pas si audacieuse que ça… et à mon sens, plutôt immorale dans le fond. On a voulu mettre l’accent sur le côté « solidaire » de cette épicerie improvisée mais ces employés ne sont pas si solidaires que ça étant donné qu’ils ne donnent pas les denrées vouées à être perdues, mais les vendent pour leur propre profit. Je comprends tout à fait le message mais je le trouve maladroit.

jeanne_captive_gde_afficheJeanne captive (2011)

L’histoire : 1430, Jeanne d’Arc est prisonnière et sur le point d’être livrée aux anglais.

Mon avis : malgré la présence appréciable et appréciée de Clémence Poésy et de Mathieu Amalric, Jeanne Captive n’a pas réussi à me captiver (ah ah!). En fait, je l’ai trouvé vraiment trop lent, hyper austère et trop pauvre en dialogues. Aucune émotion ne se dégage de tout ça. Surtout que personnellement, voir Jeanne bavarder avec son cher dieu me poussait plus au rire qu’au recueillement… Quel ennui ! Dommage car j’étais plutôt  intéressée par le sujet. Je ne sais tellement pas quoi en dire que je vais m’arrêter là…

 

2 comments

  1. auroreinparis says:

    Assez d’accord ac toi pour Discount,et je pensais plus l’apprécier que ça.
    J’ai adoré Maestro, je crois que je l’avais mis dans mon top 2014 d’ailleurs, Pio Marmai est particulièrement bon dedans ( c’est pas tjs le cas ^^ )

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.