Critique groupée : Black Storm/ Red road/On a failli être amies/ The double/ The seasoning house

352120.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxBlack storm (13 août 2014)

L’histoire : la petite ville de Silverton est le théâtre d’une tempête extraordinaire : envahie par de multiples tornades, elle se transforme peu à peu en champ de ruines. Alors que certains cherchent à fuir coûte que coûte, d’autres cherchent au contraire à s’en approcher au plus près. Nous suivons notamment un groupe de chasseurs de tornades à la recherche des plus belles images possibles.

Mon avis : j’ai raté ce film au cinéma mais finalement, c’était plutôt une bonne idée. Je l’ai trouvé si dénué d’intérêt que j’ai laissé tomber 20 minutes avant la fin, ce qui ne m’arrive jamais. Bien entendu, Black Storm reste un divertissement donc il ne fallait pas en attendre grand-chose mais quand même ! Le scénario est vide de chez vide : on comprend vite que le film a plus soigné sa forme (soit la matérialisation de tornades extraordinaires) que son fond. Les personnages sont donc peu charismatiques et les dialogues, complètement plats. En somme, beaucoup d’ennui pour moi !

red-roadRed Road (2006)

L’histoire : Jackie est une femme plutôt seule. Elle travaille comme opératrice pour une société de vidéosurveillance et passe ses journées à observer les rues et les gens qui les traversent. Un jour, elle croise le visage d’un homme sur l’un de ses écrans de contrôle. Un homme qu’elle voulait oublier coûte que coûte mais qui semble être bel et bien de retour…

Mon avis : Red Road est un film très lent avec des scènes très crues. Enfin surtout une. Sa lenteur a fini par me démotiver un peu mais je dois reconnaître qu’il vaut quand même le coup d’œil, ne serait-ce pour le beau portrait de femme qu’il nous offre. D’emblée, j’ai beaucoup aimé Jackie. On devine qu’elle traîne un passé assez lourd mais qu’elle a malgré tout gardé beaucoup d’humanité en elle. A part ça, ce film britannique est très sombre, très oppressant, presque glacial. Et peu bavard ! Mais l’émotion reprend quand même le dessus à la fin. Je suis donc un peu mitigée mais contente d’avoir croisé la route de Jackie.

ON-A-FAILLI-ETRE-AMIES_KARIN-mOn a failli être amies (25 juin 2014)

L’histoire : Marithé travaille dans un centre de formation pour adultes. Carole vit dans l’ombre de son mari, un célèbre et talentueux chef étoilé. Fatiguée par son existence, la seconde vient voir la première. Leur rencontre est d’abord professionnelle. Son but ? Changer de vie, changer de métier…trouver une voie qui la mette enfin en valeur. Mais Marithé comprend vite que Carole a plus besoin de changer de mari que de changer de métier. Ça tombe bien car Marithé trouve Sam plutôt charmant… son dévouement à la cause de Carole n’est donc pas désintéressé…

Mon avis : un film avec Emmanuelle Devos ou Karine Viard est souvent agréable à regarder. Alors un film qui les rassemble… ne peut être qu’une bonne nouvelle. Néanmoins, je ne vais quand même pas voir ce genre de films au cinéma car ce n’est pas non plus mon genre de prédilection. Mais à la maison, j’aime bien ! On a failli être amies n’est pas un film inoubliable mais il est porté par ses deux actrices, excellentes comme toujours et par une bonne énergie. Le ton est toujours juste et l’histoire, finalement beaucoup moins légère qu’on pourrait le penser. Après tout, Carole et Marithé sont deux femmes « à la croisée des chemins » comme aime le faire remarquer la première. Et on espère bien qu’elles vont finir par croiser la bonne route !

THE-DOUBLE-Affiche-FrançaiseThe double (13 août 2014)

L’histoire : Simon est timide. Travailleur et attentionné, il est méprisé par sa mère, par ses collègues, par son patron et accessoirement, rejeté par la femme de ses rêves. Un beau jour, un nouvel employé fait son apparition. Il s’appelle James et est à la fois le sosie de Simon et son contraire. Si les deux hommes se ressemblent comme des gouttes d’eau, James est séducteur et charismatique… Fort de ses qualités, James va prendre peu à peu le contrôle de la vie de Simon.

Mon avis : quand j’ai lu le résumé de The double, je me suis dit qu’il ressemblait vaguement à celui d’Enemy. J’avais donc du mal à comprendre comment le thème allait être traité. Dernièrement, j’ai vu Submarine et The double n’est rien d’autre que le dernier film de Richard Ayoade. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le réalisateur a un style particulier. Dans The double, nous plongeons dans un monde étrange, complètement surréaliste (il s’agit d’une adaptation de Dostoïevski). C’est tantôt comique, tantôt tragique, complètement hors du temps, un peu bordélique…et c’est là que les choses se corsent. Malgré ma sympathie pour ce monde très bizarre et pour les différents personnages, j’ai quand même trouvé le temps un poil trop long. A voir pour la réalisation complètement folle et pour les acteurs.

The-Seasoning-House-posterThe seasoning house (sortie le 4 novembre 2014, directement en DVD)

L’histoire : les Balkans. 1996. Le pays est en guerre. Quelque part, dans un endroit isolé se trouvé The Seasoning House, un bâtiment industriel délabré où des jeunes filles sont droguées et vouées à la prostitution. Au milieu d’elles, Angel. Muette et sage, elle entretient une relation légèrement privilégiée avec le patron qui l’a chargée de s’occuper des filles. Ayant trouvé un moyen de se déplacer discrètement dans le bâtiment (par les conduits d’aération), elle observe tout.

Mon avis : ce film est assez étrange, comme découpé en plusieurs parties. La première est très lente et nous permet de découvrir le quotidien sordide de ces pauvres filles. Nous suivons principalement Angel et découvrons les lieux. Peu de dialogues, beaucoup de tension et de dégoût aussi. J’ai trouvé cette partie particulièrement intéressante. Au bout de 45 minutes, l’histoire s’emballe et la vraie violence arrive. Il y a une scène particulièrement gore, particulièrement réaliste. Mais la suite m’a finalement parue sans beaucoup d’intérêt : c’est une traque comme on en a vu tant d’autres. Néanmoins, c’est plutôt bien interprété et bien filmé. C’est de qualité. Ce film aurait très bien pu sortir au cinéma !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.