Critique Le Grand Meaulnes

Difficile, du moins si on s’intéresse à l’histoire des bouquins et de leurs auteurs, de pas être un peu émue en parcourant Le Grand Meaulnes, roman rêveur, délicat et mélancolique paru en 1913. Moins d’un an plus tard, à 27 ans et des poussières, Alain-Fournier mourrait à la guerre.

S’il a manqué de peu le Goncourt l’année de sa publication, Le Grand Meaulnes n’a jamais fait partie de mon programme scolaire, pas plus en terminale L que durant mes 5 années de Lettres Modernes. Comme s’il était secondaire pour la littérature française. Moi, j’aurais aimé le lire en cours et le travailler… Mais c’est chez ma grand-mère que je l’ai découvert, emprunté, lu et adoré une première fois. Il y a au moins 10 ans de cela. Depuis quelques mois, je me disais qu’il était temps de le relire. Je croisais le titre sur certains blogs, dans la bouche de certaines personnes et à chaque fois, j’oubliais de l’acheter. Heureusement que dans la vie, il y a les vacances d’été : elles permettent de rattraper ses retards en lecture !

C’est avec grand plaisir que je me suis replongée dans la vie de François, 15 ans, fils d’instituteur et dont la routine quotidienne rime souvent avec ennui. Mais ça, c’était avant l’arrivée du Grand Meaulnes, un grand gaillard de 17 ans autrement nommé Augustin. Courageux, intrépide, en quête d’aventures, il va découvrir par le plus grand des hasards un domaine merveilleux au cours de l’une de ses fugues. Revenu, il cherchera constamment à retrouver le lieu de ce bonheur parfait et le chemin qui le mènera à la belle Yvonne, la maîtresse des lieux.

Divisé en trois parties + un épilogue, le roman se centre principalement sur le personnage d’Augustin bien que ce soit François le narrateur. Quand Meaulnes est là, tout le récit se rapporte à lui et François s’efface pour mieux revenir sur le devant de la scène lorsque Meaulnes est absent (même si là encore, toutes ses pensées sont tournées vers Augustin). A la fois réaliste et ancrée dans le conte, l’intrigue est en partie autobiographique. On reconnait notamment la région où a grandit l’auteur, dont les parents étaient instituteurs (comme ceux de François). L’auteur retranscrit également l’histoire du coup de foudre de sa vie…un coup de foudre avec une certaine Yvonne de Quiévrecourt (dans laquelle on reconnait forcément Yvonne de Galais).

Néanmoins, c’est la tonalité onirique du roman qui me plait et qui me touche le plus. Mon passage préféré est et a toujours été celui qui nous raconte les aventures de Meaulnes durant la fameuse fête. Ces enfants partout, ce grand Pierrot qui court sans fin dans les longs couloirs, la chambre étrange de Meaulnes, le mystère qui plane autour de cette soirée étrange…c’est juste merveilleusement écrit. Augustin rêve t-il ou les faits se sont-ils passés ainsi ? Nous ne saurons les réponses que plus tard… Mais l’impact de ce récit sur nous, lecteurs, est bel et bien réel et nous resterons nous aussi nostalgiques d’une soirée merveilleuse que nous n’avons pourtant pas vécu.

Le reste du roman est principalement axé sur la quête d’Augustin qui veut retrouver à tous prix Yvonne et le domaine mais le ton est plus triste, plus mélancolique et surtout beaucoup plus amer. Augustin, cet éternel adolescent, n’est pas réellement à la recherche de l’amour. Derrière cette quête se cache finalement l’éternelle recherche de ce plaisir et de cet émerveillement enfantins qu’il a connus ce soir-là et qui semblent l’avoir quitté à jamais. Yvonne, terriblement idéalisée dans l’esprit du jeune homme, va forcément en faire les frais…

 Le Grand Meaulnes est plus qu’une histoire d’amour compliquée, il fait également éloge de l’amitié, de l’adolescence et des sentiments exacerbés que l’on peut ressentir à cette période-là. Ce récit d’aventures et d’initiation reste, pour moi, un grand classique qui a l’avantage d’être relativement court et facile à lire.

2 comments

    • Audrey says:

      Même chose ! avant de le relire dernièrement, j’avais presque oublié l’intrigue mais je ne regrette pas de m’être replongée là dedans.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge