Critique God Bless America

Sortie : 10 octobre 2012

Les conversations débiles de vos collègues de travail vous donnent envie de vomir ? Vous ne supportez plus vos voisins et leur tapage incessant ? Les gens qui discutent et rigolent alors que vous tentez de suivre un film vous exaspèrent ? Cette société sans valeurs, gorgée d’images de téléréalité et d’internet vous dégoûte ? Votre fille de 8 ans pète un câble parce que votre ex-femme lui a offert un Blackberry alors qu’elle voulait un iphone ? Alors votre vie ressemble sans doute un peu à celle de Franck.

Divorcé, Franck vient de se faire virer pour une histoire d’harcèlement sexuel dont il n’est pas coupable. Comme un malheur n’arrive jamais seul, il vient d’apprendre qu’il est atteint d’une tumeur au cerveau. Sa fille ne veut plus le voir. Son ex-femme va se remarier sous peu. Personne ne se soucie de lui. Alors qu’il était sur le point de se suicider sur son canapé, Franck tombe sur une émission de téléréalité. Avant de passer à l’acte, il ira faire un geste pour l’humanité : il va tuer cette cruche qui se prend pour une star du petit écran. Sur le chemin, il va rencontrer Roxy, une lycéenne révoltée contre le monde d’aujourd’hui et tous les crétins qui y pullulent. Ensemble, ils vont s’accorder une petite virée sanguinaire à travers le pays…

Il faut voir ce film comme la fusion entre un gros délire assumé et une réflexion sur la société actuelle et ses dérives. Parfois un peu manichéen sur les bords, God Bless America ne révolutionne pas grand-chose mais a l’avantage d’être particulièrement jouissif pour le spectateur. Qui n’a jamais rêvé de laisser tomber son éternelle politesse pour tout envoyer valser, revolver au poing ? La jeune Tara Lynne Barr, lycéenne aux airs sages mais totalement dégénérée, est peut-être la plus tarée des deux ! Joel Murray (qui n’est autre que le frère de Bill dans la vraie vie. Bill Murray quoi), s’en tire également à la perfection dans un rôle qui semble lui aller comme un gant. Déprimé, fatigué d’être un faire-valoir, un bouc-émissaire, son flegme meurtrier en deviendrait presque flippant.

Je ne suis pourtant pas complètement convaincue par ce film que j’ai trouvé trop superficiel. C’est vrai, à part enfoncer des portes ouvertes, God Bless America ne fait pas grand-chose. C’est un très bon divertissement, c’est agréable à regarder mais la folie du début s’estompe peu à peu et nous laisse à penser que le film, qui se veut un peu provocateur et subversif, ne l’est pas tant que ça au fond.

On pourrait également pinailler sur quelques points, notamment sur la cavale des deux protagonistes qui est tout, sauf réaliste. Sans parler de la fin du périple… Mais ce serait pinailler car après tout, le propos du film n’a rien à voir avec une course poursuite tueurs vs flics.

En somme, God Bless America est une demie bonne surprise.

2 comments

  1. auroreinparis says:

    Je l’ai vu au ciné à sa sortie, j’en attendais beaucoup et ai été déçue. Ca tourne vite en rond, c’est violent pour rien, ça passe vraiment de message … Bref, pas une réussite même si j’ai aimé le personnage principal.

  2. petiteconne says:

    Certes, ce film est violent mais je trouve pas ça choquant dans le sens où la mise en scène de ces meurtres est plus comique que dramatique. Enfin à mes yeux du moins. ça ne m’a pas glacée quoi ^^ Mais c’est vrai qu’il manque un petit truc pour que le film soit réussi. Comme souvent, j’ai adoré le début et j’ai un peu moins aimé la fin.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.