Critique Gamines, de Sylvie Testud

Cette lecture entre dans le cadre du challenge Les filles de Mrs Bennet.

Pour ce mois de septembre, j’ai choisi la consigne n°3, soit « Un livre dans lequel l’héroïne principale à plusieurs sœurs (référence aux sœurs Bennet) ».

Dans ce roman, Sybille a justement deux sœurs. Elles sont donc trois filles. Trois filles qui vivent à Lyon avec leur mère dans les années 80-90. Trois filles complices qui vivent dans l’attente d’un père qui a, apparemment, plié bagages il y a de longues années.

Pas grand chose à voir avec Jane Austen, on est d’accord mais je ne pense pas avoir triché pour autant !

Bon. Je sais bien que je suis légèrement à contre courant de la tendance de ce challenge car la plupart des filles y participant ont choisi de lire de la romance. De la romance, j’en ai prévu dans les mois suivants mais il n’y a pas que ça dans ma vie de lectrice, loin de là  !

9782253121527-T

Gamines est un livre agréable et facile à lire. Néanmoins, il ne me laissera pas un souvenir impérissable pour autant ! Je l’ai commencé juste après avoir fini La compagnie des menteurs… C’est dur de passer après ça et Gamines en a sans doute fait les frais. J’ai vraiment eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire pour la simple et bonne raison que la narratrice a 10 ans. Je ne pensais pas que la partie réservée à l’enfance serait si longue en fait.

Pour coller au langage de cette gamine, l’écriture de Sylvie Testud est d’emblée très « parlée », très « orale », les dialogues son très vifs mais hachés, les transitions entre les scénettes sont abruptes et l’histoire racontée, pas forcément si drôle que ça. Elle évoque surtout le quotidien de 3 sœurs très attachées à leur mère et qui vivent dans la crainte que leur père vienne frapper à la porte…. La figure paternelle reste de toute manière très floue, très fantasmée…et figée, à l’image de la photo volée dans le placard de la mère et qu’elles observent en secret.

Puis, grand saut temporel : Sybille n’a plus 10 ans mais 34.

A partir de la page 177, c’est une adulte qui nous raconte l’histoire et c’est tout de suite BEAUCOUP plus agréable à lire et à mes yeux du moins, enfin chargé d’émotions. On assiste enfin aux retrouvailles avec leur père, une rencontre « violente » et un récit que j’ai finalement trouvé assez dur et surtout, terriblement triste. J’ai eu beaucoup de peine (voire de la pitié) pour l’homme qu’elle rencontre dans ce bar… Tout ça remue des sentiments amers pas forcément très agréables avec, pour couronner le tout, l’impression d’un immense gâchis… Enfin, vous comprendrez si vous lisez le livre !

Si Gamines ne m’a pas particulièrement plu, ce n’est pas un mauvais roman pour autant. Loin de là. Il parle d’identité, d’identité familiale, de la quête de la vérité et de ces blessures de l’enfance qui ne se refermeront sans doute pas. Bien sûr, ce roman est autobiographique et on peut reconnaître que l’actrice se livre avec beaucoup de lucidité et beaucoup de pudeur. Ces qualités n’en font pas un GRAND roman pour autant, juste un roman sympathique, simple et humain.

Lesfillesdemrsbennet2

4 comments

  1. Zofia says:

    Je l’ai lu il y a un moment, je me souviens l’avoir bien aimé mais j’avais aussi préféré Le ciel t’aidera.
    Moi je n’ai pas encore commencé le challenge, il va falloir que je m’y mette !!
    Zofia Articles récents…ErosionMy Profile

  2. Elodie says:

    Le challenge n’est pas centré sur la romance, rassure-toi, c’est intéressant comme une consigne peut désigner une multitude de livres! 😉
    Pour ce livre-ci, je connais seulement de nom l’auteur mais c’est vrai qu’il ne m’intéresse pas plus que çà…

Laisser un commentaire

CommentLuv badge