Critique Free ride

Sortie : prochainement

Je ne sais pas si ce film va sortir sur les écrans français un jour. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas forcément grave même si, ne nous méprenons pas, j’ai quand même à peu près apprécié ce visionnage.

Si je l’ai regardé, c’est avant pour la présence d’Anna Paquin que j’aime et déteste à la fois. Ça dépend des moments. Elle incarne une mère de famille qui, fuyant un mari violent et un quotidien maussade, débarque en Floride. Nous sommes dans les années 70 et Christina plonge allégrement dans le trafic de drogue. L’argent, la maison pour ses filles et une vie facile… comment résister à tout ça ?

Free ride nous raconte donc le parcours et les faux pas d’une femme, Christina, qui a bien du mal à jongler entre son rôle de mère et celui de trafiquante. Elle dit travailler pour le bien-être de ses filles mais se révèle en fait être une mère abominable (cf la scène où c’est sa petite fille qui range le salon dévasté par les mégots et les canettes de bière). C’est la déchéance sans être totalement la déchéance, c’est le danger sans être vraiment le danger, c’est la belle vie sans forcément être la belle vie… L’histoire se suit sans mal mais semble finalement assez tiède.

Le film a pourtant été tourné par Shana Betz qui nous raconte ici l’histoire de sa propre maman. Dans le film, elle est donc incarnée par le personnage de Shell, la plus jeune fille de Christina.

Voilà, Free ride n’est pas un film bouleversant, je le trouve pas si abouti que ça. Il est intéressant et complètement vide à la fois… Le scénario, bien trop léger, nous laisse tourner en rond et je regretterai que l’histoire soit traitée avec une telle superficialité. Reste l’ambiance particulière, le soleil, les bagnoles et les filles moulées dans leur mini short en jean.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge