Critique Une femme simple et honnête, Robert Goolrick

mmm

Rien ne dit que l’enfer flambe, pensa Ralph Truitt, planté dans son costume sobre sur le quai de cette gare minuscule, à la gerçure de nulle part. L’enfer peut bien ressembler à cela. Plus sombre de minute en minute. Si froid que la peau se rétracte sur les os.

Résumé

Que vaut une relation qui commence par un mensonge ? Winsconsin, automne 1907. Ralph Truitt, magnat local, craint et respecté, attend, fébrile, sur un quai de gare enneigé. Ce train en retard renferme son dernier espoir. Après vingt ans de veuvage, l’homme a enfin décidé de se remarier et a placé, plusieurs mois auparavant, une petite annonce dans un journal de Chicago. Et Catherine Land a répondu. Se décrivant comme « une femme simple et honnête », elle est celle qu’il appelait de tous ses vœux. Mais les apparences peuvent être très trompeuses. Et l’épouse modèle cacher bien des secrets…

Mon avis

Je ne connaissais Robert Goolrick que de nom, pour avoir croisé de temps en temps les couvertures de ses livres mais jamais je n’aurais pris le temps de m’y arrêter si je n’étais pas tombée, par hasard, sur le résumé de Une femme simple et honnête. Il y avait quelque chose de mystérieux dans tout cela et je n’ai pas pu résister à l’envie de découvrir cette histoire tourmentée.

D’emblée, dès les toutes premières pages, j’ai compris que j’avais affaire à un superbe roman, à une histoire sombre et portée par des personnages torturés, au lourd passé. En effet, si le roman commence telle une romance, avec un homme qui attend l’arrivée d’une femme inconnue, sur le quai enneigé d’une gare, nous sommes plutôt dans le drame psychologique et dans l’exploration des sentiments dans tout ce qu’ils peuvent avoir de plus complexe et de plus irraisonnable.

J’ai trouvé cette histoire terriblement poétique, sensuelle, envoûtante mais je reste persuadée que ce roman est très original (dans le sens où il te propose une histoire à laquelle tu ne t’attendais pas du tout au départ) et qu’à ce titre, il ne pourrait pas plaire à tout le monde. Il faut aimer les personnages un peu antipathiques, compliqués, traversés par des courants contradictoires… Je pense qu’on peut facilement s’en détacher et trouver leurs agissements incompréhensibles mais je suis heureuse de m’être sentie connectée à eux. Je pense avoir compris Ralph, je pense avoir compris Catherine et je pense même compris Tony… Et je me souviendrai d’eux.

Ces trois personnages sont tellement travaillés, sculptés qu’ils débordent d’âme et de sentiments et ce sont eux, et eux seuls qui portent le roman. Et que dire du style de l’auteur ? Il donne un rythme particulier à une histoire qui semble souvent piétiner mais qui, au contraire, ne fait qu’avancer, avancer, avancer en direction de son point final. Les personnages gagnent en épaisseur du fil du texte et révèlent sans cesse de nouvelles facettes. J’ai trouvé le travail de l’auteur vraiment fascinant.

Cette histoire de rédemption a quelque chose de très sulfureux, de glacial, de cruel et en même temps, une sorte de douceur, une émotion auxquelles j’aurais eu du mal à résister.

9 comments

  1. A-Little-Bit-Dramatic says:

    Je pense qu’il pourrait totalement me plaire ! Comme toi, j’ai souvent croisé le nom de l’auteur ici où là sans encore prendre le temps de m’y arrêter et de m’y intéresser…c’est ta chronique qui me donne très envie de remédier à ça et de me lancer dans la lecture de ce roman !
    A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…Challenge Goodreads 2017My Profile

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.