Critique Faits d’hiver, Alice Moine

J’ai gagné ce roman lors de la dernière Masse critique de Babelio alors… merci Babelio ! Merci aussi aux éditions Kero !

Pourquoi ai-je coché ce livre ?

Pour sa couverture. Ouais je sais, c’est con. Mais voir ces fenêtres d’immeuble illuminées alors que la nuit tombe doucement autour, c’est une image qui me parle. Le titre, quant à lui, ne m’a pas attirée plus que ça. Je l’ai même trouvé insignifiant.

Bon, évidemment, j’ai également été attirée par le principe : l’auteur nous raconte la vie d’un immeuble. Chaque chapitre a son protagoniste. Parfois, d’un chapitre à l’autre, on croise furtivement le « héros » du chapitre précédent.

En somme, Faits d’hiver est un roman « choral »… Disons qu’il s’agit presque d’un recueil de nouvelles avec un fil conducteur : une fuite de gaz et une explosion qui va tous les stopper à un moment particulier de leur vie.

…ça a l’air bien hein ?

Ma lecture, mon avis

J’ai plutôt bien aimé le style d’Alice Moine. Son écriture est claire, nette et précise tout en ayant ce petit je ne sais quoi de poétique dans sa formulation des phrases. C’est résolument moderne, souvent flou, mais apparemment maîtrisé.

Bon. J’avoue que j’ai trouvé les débuts de chapitres assez abrupts. A chaque fois, on débarque chez le personnage concerné sans transition. Il faut faire fonctionner son cerveau pour saisir et imaginer quel genre d’homme ou de femme on a devant soi… pour abandonner ces mêmes personnages au bout de quelques pages seulement.

Malheureusement, je n’ai pas réussi à vraiment m’intéresser au destin de ces différents personnages. On nous a vendu le livre comme le récit « des joies et des peines » des habitants de l’immeuble, moi j’y ai surtout vu le récit de leurs peines, de leurs névroses, de leurs regrets et tout ce que vous voulez… alors qu’à la base, je pensais tomber sur un bouquin un peu à la Amélie Poulain. Vous voyez le décalage ? Quelque part, cette lecture a donc quelque chose de terriblement plombant. Vous allez me dire, c’est dans l’air du temps, tout le monde se plaint de tout et traîne sa croix blablabla.

Seule belle rencontre vers la fin du livre : Carole, dans le chapitre 5ème droite. Cette femme de 39 ans se fait plaquer après avoir vécu une relation fusionnelle avec Fred pendant plusieurs années. Profitant d’une soirée costumée, elle s’introduit dans l’appartement qu’il partage avec sa blondasse et va se venger… à sa manière. Même si l’histoire n’a, en réalité, rien de drôle, j’ai beaucoup aimé le récit jouissif de cette soirée !

Au début de l’ouvrage, le journaliste qui a assisté à l’accident de Marianne a lu aussi quelque chose d’émouvant. C’était ma seconde histoire préférée. C’est également l’une des plus tragiques (ben ouais, on est pas là pour rigoler vous l’aurez compris !).

Pour conclure

Faits d’hiver est loin d’être un mauvais roman. Je l’ai trouvé très honnête, très facile à lire, très rapide à lire aussi… ce qui n’est pas rien. Je l’ai vite gobé et je n’ai pas été tenté de le laisser de côté. Mais il n’est pas original pour un sou. Je ne dis pas que les personnages sont clichés…juste que ce que leur récit de vie est anecdotique et s’oubliera vite !

masse_critique

tous les livres sur Babelio.com

5 comments

  1. bea285 says:

    Tu as de la chance d’avoir été sélectionné pour la masse critique. Je n’ai rien eu moi :/ Je passe mon tour, j’ai beaucoup de mal à lire les peines et les lamentations du commun des mortels. 😛 Disons, qu’on a déjà autour de nous beaucoup de personnes qui se lamente, je préfère les récits de joie. 🙂 (Dis la fille, dont la dernière lecture est une BD sur le cancer…) A bientôt Audrey. ^^
    bea285 Articles récents…ExterminationMy Profile

    • Audrey says:

      Tu es active sur Babelio ?
      Certaines personnes ont l’air de dire que le tirage au sort est un peu faussé par ce genre de considérations. En gros, si t’es pas actif, tu gagnes pas. Mais ce sont peut être des rageux, je ne sais pas ! Je sais juste qu’à mes débuts sur Babelio, je ne gagnais rien. Là, j’en ai gagné trois en peu de temps… et j’y suis très souvent. Je te souhaite vivement d’avoir la même chance ! 🙂 Il faut persister !

  2. zofia says:

    Je ne sais pas ce que vaut ce roman, à la base le sujet m’aurait intéressé, mais j’ai lu un roman qui traite du même sujet Les aquariums lumineux, il y a quelques années.
    Par contre, dans la nouvelle Carole, elle introduit pas des pizzas avec du laxatif dedans ???
    Je te demande ça parce que j’ai lu Ça peut pas rater de Gilles Legardinier, l’héroïne Marie se fait larguer et à un moment donné se venge en se rendant à une fête déguisée organisée par son ex et sa nouvelle copine avec des pizzas empoissonnées ! Ça m’a tout de suite fait penser à ça !

    • Audrey says:

      Le roman se lit bien mais ce n’est pas un coup de cœur pour autant ! Faut dire que je suis plutôt branchée polar historique en ce moment donc j’ai du mal à apprécier autre chose… peut être que j’aurais beaucoup aimé ce roman il y a quelques années !

      Non là elle ne se venge pas sur la bouffe. Cachée derrière son masque de Cléopâtre elle colporte tout d’abord des ragots dégueu sur la nouvelle copine en papotant avec des connaissances de cette dernière. Comme quoi elles viennent de la même petite ville et que là bas tout le monde serait passée sur Margot (la copine en question). Puis elle lacère les vêtements de la fille en s’enfermant dans son dressing. Elle pique les manteaux de tout le monde (c’est l’hiver), récupère toutes les clefs de l’appart et les enferme tous à l’intérieur…

      Raconté comme ça, ça parait sans intérêt mais dans le livre, c’est sympa ! ^^

  3. Zofia says:

    Non non t’inquiète je vois ce que ça peut donner ! 😉 dans le Legardinier, elle pique le papier toilette ou un truc comme ça !

    J’aime pas trop quand il n’y a pas vraiment de liens entre les personnages et les actions, ça fait trop décousu et on a du mal à s’attacher et à entrer dans le récit.
    Zofia Articles récents…Intempéries dramatiques…My Profile

Laisser un commentaire

CommentLuv badge