Critique EVJF, Liz Blackrock

Sorti le 1er mars aux éditions Denoël, EVJF est un roman écrit par Liz Blackrock.

Résumé

L’enterrement de vie de jeune fille d’Amandine s’annonce sous les meilleurs auspices :
– une organisation au cordeau grâce à Justine, gérante d’une agence d’événementiel et témoin de la mariée,
– un décor paradisiaque : les calanques de Cassis,
– et quatre demoiselles d’honneur triées sur le volet dont Charlotte, la meilleure amie d’Amandine, enceinte jusqu’aux yeux.
Tous les éléments sont réunis pour passer trois jours de rêve!

Amandine attend ce week-end entre copines avec d’autant plus d’impatience que, à trois semaines du mariage, elle est en plein doute. Entre sa belle-famille, des aristocrates englués dans leurs traditions ancestrales, son futur mari, pilote de ligne toujours entre deux long-courriers, et les préparatifs du mariage qui sont loin d’être terminés, Amandine commence à se demander si cette mascarade a toujours un sens…
Pourtant la future mariée va vite déchanter. L’EVJF tant attendu vire au cauchemar : entre coups bas et mesquineries, mensonges et jalousies, les masques tombent et Amandine vacille. Mais n’est-ce pas dans l’adversité qu’on reconnaît les siens?

Mon avis

Je vous en avais parlé rapidement sur facebook : EVJF a été pour moi une lecture très agréable, synonyme de détente et d’amusement. J’ai adoré rencontrer nos différentes héroïnes sans pour autant craquer pour l’une d’entre elles (bien qu’au final, c’est évidemment Eva ma préférée puisque c’est justement l’anti-héroïne par excellence).

L’histoire se déroule de manière linéaire, ou presque. Nous retrouvons en effet notre bande un vendredi soir, vers Lyon pour la suivre jusqu’à Cassis où elles passeront un weekend mouvementé. Parfois, nous faisons de brèves incursions dans le passé grâce au personnage d’Amandine, celle qui va se marier, et qui revient sur sa rencontre avec son futur mari mais également sur sa belle famille qui lui pose un certain souci. Les chapitres sont également entrecoupés d’échanges de mails, de sms ou de documents en lien direct avec l’histoire qui nous est racontée.

Vous le savez (ou pas), les « livres de filles » trop girly ou qui parlent mariage, c’est pas mon truc. Ici, on est cependant plus dans le règlement de comptes entre amies que dans le vrai délire cucul pré-noces. Chaque fille présente à l’événement n’a rien à faire avec les autres, elles se connaissent d’ailleurs à peine, voire pas du tout pour certaines mais les tensions sont bel et bien là. Et cela donne lieu à des scènes réjouissantes et à des dialogues savoureux. Et bien entendu, à pas mal d’événements imprévus et totalement incontrôlables.

Seul bémol : la dernière partie. Sans rien vous révéler sur quoi que ce soit, j’avoue que j’attendais quelque chose d’un peu plus « fort » pour clore une histoire qui était censée être ultra cauchemardesque. EVJF parle en effet de nombreux secrets dont l’un, censé être le plus « terrible », m’a semblé un peu tomber à plat. Disons que j’attendais (étrangement) beaucoup plus et qu’au final, je me suis dit que ce n’était pas si foufou que ça. J’imagine que je ne dois cette petite déception qu’à moi même.

En quelques mots,

J’ai passé un excellent moment avec EVJF qui est un roman bien écrit, sans aucun temps morts, souvent drôle, parfois touchant. Plus qu’un roman sur les enterrements de vie de jeune fille, il nous parle des relations amoureuses, des relations amicales mais également de tous ces petits mensonges que l’on fait pour se simplifier la vie mais qui, au final, nous empoisonnent.

8 comments

  1. Après l'averse says:

    Ce livre a l’air vraiment drôle ! J’ai du mal à comprendre les enterrements de vie de jeune fille (idem pour les mecs, je ne suis pas sectaire :)). J’ai l’impression que tout doit être parfaitement huilé, préparé, une sorte de pré mariage où on est OBLIGÉ de faire un truc instagrammable/qui marque les esprits et où la simplicité/facilité sont exclues. Et effectivement comme tu le mentionnes dans ta critique, si la personne a plusieurs amis qui ne gravitent pas tous dans le même groupe ça peut être difficile… Pour le moment je n’en ai pas encore vécu (mes amis ne sont pas encore mariés), je ne sais pas si je ferai un jour cette expérience. C’est un truc qui me dépasse un peu. Comme les baby showers. (par contre j’aime bien les mariages, je précise pour pas passer pour la râleuse de service :))

    • Audrey says:

      Je pense qu l’enterrement de jeune fille d’une personne est à l’image de cette dernière 🙂 On a toujours en tête les soirées délurées mais je pense que beaucoup de filles font des trucs simples et sympas. Mais comme toi, je ne comprends pas trop l’intérêt d’enterrer sa vie de jeune fille… Surtout qu’aujourd’hui, tous les couples vivent déjà ensemble avant le mariage, certains ont même des enfants alors la fameuse « vie de jeune fille » est plus une illusion qu’une réalité 😀

    • Audrey says:

      Je n’aurais pas tenté si je n’avais pas eu la chance de le lire en SP mais j’ai vraiment été convaincue. Bien sur, ça s’adresse à un certain type de lectrice mais je ne peux pas te le déconseiller pour autant.

  2. sanasan says:

    Tiens, ce roman me parle 😉 Peut-être que je devrais raconter mon enterrement de vie de jeune fille 😉
    Cela dit, je plains la pauvre héroine si le sien s’est transformé en règlement de compte.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge